C’est un fait sordide qui s’est déroulé à Jemappes le week-end dernier. Dans la nuit de samedi à dimanche, un quinquagénaire d’origine portugaise, Casimiro, a été attaqué chez lui, dans son appartement situé dans une belle résidence de la rue Vieille Haine. L’homme a été tué à coups de couteau. Selon le parquet de Mons, en charge du dossier, la thèse du meurtre pour faciliter le vol est fort probable.

© E.B.

Une thèse qui semble se confirmer compte tenu de différents témoignages recueillis. En effet, samedi entre 1 heure et 1h30 du matin, plusieurs voisins ont été réveillés par du bruit. L’un d’eux est sorti voir et a aperçu la voiture de la victime, à l’arrêt devant la grille de la propriété. "J’ai pensé qu’il avait oublié le code d’accès. J’allais lui ouvrir avec mon badge quand je me suis rétracté parce que je trouvais bizarre qu’il sorte à cette heure de la nuit."

Le témoin s’est donc approché du conducteur et s’est aperçu qu’il ne s’agissait pas de Casimiro. "Il m’a dit que la voiture lui avait été prêtée pour aller travailler. Il semblait ivre et ses propos étaient incohérents. Je n'ai pas su tout cru à son histoire. J’ai décidé d’appeler la police et je l’ai menacé pour qu’il ne prenne pas la fuite, ce qu’il a tenté de faire en fonçant avec le véhicule dans la barrière."

© E.B.

Sans succès, heureusement. Une patrouille est finalement arrivée sur les lieux. Le suspect, L., était visiblement déjà bien connu des services. Selon nos informations cependant, ce dernier a été relâché au petit matin, aux alentours de 5 heures, sans être inquiété outre mesure. À ce stade, le corps sans vie de la victime n’avait pas encore été découvert. Ce n’est que le lendemain que des traces de sang, découvertes sur la porte de l’appartement, ont suscité l’inquiétude.

Rappelée, la police a finalement découvert la scène de crime. La victime, un homme sans histoire qui ne parlait pas le français mais travaillait dans la région de Mons, gisait au sol non loin de sa chambre. Il habitait au premier étage de l’habitation, qui accueille au total quatre appartements. Il y était locataire depuis environ trois ans. Ce mardi, le parquet confirmait qu’une autopsie avait pu être réalisée dans la soirée de lundi.

Des scellés de police étaient toujours visibles sur la porte de l’appartement. À ce stade, aucune interpellation n’a pu avoir lieu et l’enquête doit se poursuivre.