L'avocat général Gilles Dupuis a requis, jeudi matin, une peine de 21 ans de réclusion criminelle contre Christian Colpin, 75 ans, coupable d'avoir assassiné son épouse, Colette Daully, le 30 juillet 2018 à Mons. Une seule circonstance atténuante a été retenue par l'avocat général: aucune condamnation pénale. L'avocat général a demandé aux jurés de ne pas descendre sous la barre des 15 ans de réclusion criminelle. 

Mais l'avocat général dit être inquiet par la personnalité de Christian Colpin. "Son comportement n'est pas reluisant, c'est l'archétype du machisme poussé à l'extrême, un tyran. Il n'existe aucune circonstance atténuante dans son parcours de vie" , raconte l'avocat général qui note que l'assassin n'a cependant aucun antécédent judiciaire, à part une condamnation devant le tribunal de police.

Pour l'accusation, Christian Colpin n'a pas fait preuve d'amendement, alors qu'il a tué "sauvagement" son épouse. "Son attitude lors de l'enquête est inquiétante. Il a asséné des contre-vérités à plusieurs reprises, il s'est entêté à défendre l'indéfendable. Il ressort des débats qu'il n'a pas dit toute la vérité, notamment sur le pistolet et sa liaison avec sa maîtresse. Ce sont des mauvais signes".

Lors des auditions de ses filles, l'avocat général a remarqué qu'il avait été rattrapé par ses actes. "Il conteste tout, crie au complot, mais d'autres témoignages sont allés dans le même sens. On ne frappe pas une femme avec une rose ne veut strictement rien dire".

Mercredi soir, le jury avait prononcé la culpabilité de Christian Colpin pour un assassinat. Les jurés ont estimé que les notes retrouvées dans un carnet rouge suffisaient pour retenir la circonstance aggravante de préméditation. Le 30 juillet 2018, Christian Colpin a abattu Colette Dauly d'une balle dans la tête.