Le jury est entré en délibération, jeudi matin, pour débattre de la culpabilité de Xavier Van Den Brandt, accusé d'avoir porté des coups à Véronique Quidouce en janvier 2018 et de l'avoir tuée par strangulation le 27 décembre 2018. Le débat portera sur la question deux, relative à la circonstance aggravante de préméditation, posée par l'accusation. Une violente dispute avait éclaté le 27 décembre 2018 au sein du couple, qui ne vivait pas ensemble, dans l'appartement de la victime situé sur la place des Alliés à Mons. Véronique Quidouce est morte par strangulation comme l'ont déclaré lundi les médecins légistes.

Le 9 janvier 2019, l'accusé était retourné dans l'appartement et s'était débarrassé du corps en le jetant dans une rivière non loin de la barrière de Spiennes, un endroit qu'il connaissait bien.

Rapidement suspecté, Xavier Van Den Brandt avait été privé de liberté le 21 février 2019 et placé sous mandat d'arrêt.

Dans cette affaire, seule l'accusation soutient la thèse de l'assassinat, alors que l'accusé avait été renvoyé devant les assises pour meurtre.

Jeudi matin, l'accusé a déclaré qu'il était d'accord avec certaines choses développées lors des débats. Il a présenté ses excuses à la famille de la victime, déclarant qu'il n'avait jamais voulu en arriver à une situation aussi tragique.

Un arrêt est attendu dans la journée.