Mons

Une action citoyenne pour sensibiliser les chauffards dans le village montois.

Hier soir, quelques citoyens du village de St-Denis ont attaché 5 panneaux sur les poteaux électriques de la rue Brisée et de la Rampe de St-Denis afin de sensibiliser les automobilistes sur la vitesse excessive et le manque de courtoisie à l'endroit des ralentisseurs.

L'idée est venue d'une réunion de quartier en novembre 2018 où de nombreux participants se plaignent de la vitesse excessive et des dangers que cela représente pour les villageois et leur famille ainsi que du manque de courtoisie voire même de civisme au niveau des nombreux ralentisseurs que la rue comportent. Geoffrey constate : "Ma compagne et moi-même habitons en face d'une chicane. Il n'y a pas un jour sans coup de klaxon ou insultes. Nous avons plusieurs fois vu des gens en venir aux mains ou des voitures devoir monter sur les trottoirs pour éviter d'autres qui ne s'arrêtent pas convaincues d'avoir la priorité. C'est quand même dingue ! Ces ralentisseurs sont nécessaires mais génèrent en même temps de nombreuses frustrations chez les automobilistes. Il leur suffirait tout simplement d'être patients et de faire preuve de courtoisie. Qui ne s'est jamais engagé un poil trop tard dans des chicanes ? Ce n'est pas une raison pour foncer et risquer l'accident."

Au-delà de ce problème, c'est la vitesse en général qui est pointée du doigt. Malgré les nombreux panneaux et les dispositifs ralentisseurs, les automobilistes dépassent très souvent et de beaucoup les limitations de vitesse. Pourtant, St-Denis est un village où vivent de nombreuses familles, les gens se baladent à pieds, les cyclistes empruntent régulièrement la route, de nombreux écoliers reviennent du SHAPE voisin.

Ce problème est particulièrement marquant au niveau de la place. Serge, qui y habite constate : "Les autonomistes qui empruntent la rampe depuis le bas arrivent des fois à une vitesse folle alors que le chemin est étroit, que la visibilité est nulle et qu'il pourrait y avoir des personnes qui traversent ou des cyclistes sur la route, l'école n'étant d'ailleurs pas loin. C'est pareil dans la descente. On ne voit pas ce qu'il pourrait y avoir en bas et les voitures dévalent."

Depuis 6 mois, les 5 villageois se sont rencontrés à plusieurs reprises pour déterminer les endroits où poser les panneaux et réfléchir sur le contenu. Ils ont fait appel à une graphiste locale qui a réalisé les illustrations.

Enfin, il fallait obtenir les autorisations pour afficher. C'est d'abord auprès de la Police et ensuite auprès de l'échevine de la Participation Citoyenne que ces citoyens se sont tournés. L'initiative a plu et les autorisations ont été données. La campagne est donc lancée et se termine le 6 juin.

Contents du travail, ils espèrent surtout que ces affiches feront réfléchir un peu, amèneront les usagers de la route à lever le pieds et être moins agressifs.

© D.R.

© D.R.