Avec l'ambition affichée de devenir la capitale wallonne du street art, la Cité du Doudou va certainement prendre le large sur toute concurrence possible en 2021. L'année prochaine en effet, 40 nouvelles fresques urbaines devraient venir orner la ville et les villages du Grand Mons.

"C'est un beau projet que nous menons avec l'échevine de la Culture, Catherine Houdart. Nous avons commencé en 2018, dans le cadre de la Biennale. Une quinzaine d'autres fresques sont venues s'ajouter cette année. Toutes ne sont pas encore terminées, car avec la crise sanitaire, certains artistes n'ont pas pu quitter leur pays. Mais ce sera bientôt terminé. En 2021, nous avons débloqué le budget nécessaire pour lancer 40 nouvelles fresques et accentuer la décentralisation du projet", explique le bourgmestre Nicolas Martin. "Les premières fresques étaient apparues en centre-ville. Cette année, d'autres ont été réalisées dans d'anciennes communes du Grand Mons comme Nimy, Cuesmes ou Jemappes. L'année prochaine, nous allons étendre le projet à l'ensemble des villages montois avec à chaque fois, dans la mesure du possible, un lien avec l'histoire de ces villages."

C'est porté par le succès des premières fournées de fresques que le collège a décidé de mettre les bouchées doubles l'année prochaine. "Nous avons constaté qu'il y avait une belle adhésion de la population aux fresques. Ça fonctionne aussi très bien sur les réseaux sociaux. C'est une belle manière d'améliorer le cadre de vie, sans causer trop de désagréments avec des travaux et avec un coût limité. C'est donc une belle opération qui apporte de la plus-value dans les quartiers", souligne Nicolas Martin.

Avec cette nouvelle salve, Mons devrait compter près de 60 fresques urbaines l'année prochaine. De quoi figurer en bonne place sur l'application Street Art Cities. Elle recense des dizaines de milliers de fresques urbaines à travers le monde et fait le bonheur des touristes.