Alors que l’on pensait l’hiver derrière nous et que l’on était presque prêt à ressortir les maillots de bain, la météo a décidé de nous remettre en mémoire un vieux dicton, "en avril, ne te découvre pas d’un fil", nous contraignant de la sorte à ressortir pulls et écharpe. Autant écrire que les conditions climatiques hivernales de ces derniers jours ont poussé les plus fragilisés à refranchir la porte des structures d’accueil de la ville de Mons.

Avec des températures proches de zéro, difficile en effet d’envisager passer la nuit dehors. Heureusement, malgré la fin du plan grand froid, des places à l’abri de nuit restent disponibles. "Le plan grand froid nous permet, via une enveloppe budgétaire particulière, d’encadrer un plus grand nombre d’usagers", explique Marie Meunier (PS), présidente du CPAS. "Nous n’avons désormais plus les mêmes moyens mais nous avons maintenu nos portakabins."

Installés notamment pour assurer la démultiplication des espaces et ainsi répondre aux contraintes sanitaires en vigueur, ceux-ci permettent de maintenir un accueil plus large du public. "Lors du plan grand froid, notre capacité est normalement de 36 lits. En temps normal, elle est de 12. Avec les portakabins qui restent accessibles, elle est de 20. Ce qui reste évidemment une bonne chose, compte tenu des conditions météo changeantes."

Certains sans-abri semblent cependant avoir trouvé d’autres solutions, si bien que tous les lits disponibles ne sont pas occupés. Il reste évidemment à espérer que ce nouvel épisode hivernal ne soit que temporaire et que le thermomètre grimpe à nouveau, rendant ainsi les conditions de vie de ces personnes précarisées un tant soit peu plus supportables.