La cellule incivilités de la Ville de Mons est plus que jamais mobilisée. Au cours des deuxième et troisième trimestres 2020, le "camion incivilités" a collecté et contrôlé approximativement 7 620 récipients, sacs et caisses. Après fouille, les 523 indices trouvés ont permis de dresser 336 constats. "Ces chiffres sont en légère diminution par rapport à la même période l’an dernier, différence qui s’explique par la situation sanitaire et la période de confinement du printemps", constate la Ville de Mons

Les agents de la cellule interviennent également lorsque des sacs poubelles conformes sont déposés en dehors des jours et des heures de collecte Hygea. "Imaginez l’état de nos rues si chacun décidait de déposer ses sacs d’ordures quand bon lui semble, à sa meilleure convenance ? Dans certaines rues de la ville c’est malheureusement la réalité et on y trouve des sacs sur les trottoirs pratiquement tous les jours. Rien qu’au cours des six derniers mois, la cellule a ainsi distribué 1.223 avertissements ou rappels du Règlement général de Police"

Pour rappel, la cellule Incivilités est un service communal où travaillent ensemble agents Ville et agents de Police. Tous les jours, ils sillonnent les rues de Mons et ramassent les dépôts sauvages abandonnés ci et là par des citoyens inciviques. Après avoir fait disparaître les tas d’immondices, ils procèdent à une fouille minutieuse, en quête d’indices qui permettront peut-être de remonter jusqu’aux auteurs du dépôt sauvage. Il s’agit donc d’un travail essentiel pour la communauté.

"Il est important de faire régulièrement la lumière sur le travail colossal réalisé par les équipes", assure Charlotte De Jaer, l'échevine en charge de la propreté. "La propreté publique est une priorité des autorités communales, des moyens humains et matériels pour lutter contre les comportements inciviques sont donc mis en place et les coupables traqués. Il est surtout important d’en parler pour sensibiliser d’avantage et espérer éveiller chez les récalcitrants le sens du civisme et du bien-vivre ensemble qui serait bénéfique pour tous."