C'est un constat tristement indéniable : certains usagers prennent nos routes pour leur poubelle, faisant fi de toute forme d'éducation et de civisme. Fort heureusement, nos routes, et surtout la nature, peuvent compter sur la bravoure de bénévoles qui battent le pavé pour traquer les déchets. C'est le cas d'Alessandro Maglieri, restaurateur sur la Grand-Place de Mons (Le Copenhagen et l'Âne Barré), à l'arrêt "forcé" depuis plusieurs mois.

Durant son temps libre, le Montois a décidé de ramasser les déchets trouvés sur le bord des routes. "Ça fait pas mal de temps que je me promène dans les environs et que je vois beaucoup de déchets qui s’accumulent", explique Alessandro Maglieri, membre du groupe "Mons Ambassadeurs de la propreté". "Je me suis toujours dit : un jour je vais prendre un sac et je vais faire une balade constructive. Je me suis affilié au groupe Facebook des ambassadeurs qui eux travaillent avec Wallonie Plus Propre et j’ai donc reçu des sacs pour mes ramassages."

Mons Ambassadeurs de la propreté est un groupe qui agit dans de nombreuses communes du Grand Mons et tend à se développer au delà des frontières de la Cité du Doudou. "Dimanche, j’ai fait une publication sur le groupe en proposant aux personnes de Boussu et de Saint-Ghislain de se joindre à nous car plus on est, mieux c’est."

Alessandro Maglieri s’est rendu dimanche sur le chemin de hallage longeant l'autoroute, entre Boussu-Haine et Saint-Ghislain. La voirie, dont l'accès est normalement limité, est régulièrement fréquentée par les personnes qui se rendent dans une grande enseigne américaine de fast food. Après 3 h de promenade et de ramassage, son équipe et lui ont ramassé 6 sacs de 60 litres de déchets. "Nous avons trouvé tout type de déchets tels que des cannettes, des encombrants,.. J’ai même vu un congélateur et c’est vraiment pour moi, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase."

© D.R.

Si l’objectif est de s’étendre dans le Borinage, la volonté d’Alessandro Maglieri et des autres membres est aussi de faire bouger les choses. "En le faisant, on se dit qu’on a quand même envie de léguer aux générations futures un environnement plus propre." Ces générations doivent être, dès leurs plus jeunes âges, sensibilisées à ce sujet. "Quand on voit les jeunes qui manifestent, c’est très bien car ils conscientisent pour l’avenir. Mais c’est assez contradictoire car ce sont ces mêmes jeunes qui se réunissent dans les parcs et qui jettent leurs déchets dans la nature."

Avec les nouvelles mesures sanitaires, dès aujourd’hui, les membres du groupe "Ambassadeurs de la propreté" vont pouvoir se réunir en plus grand nombre et les nettoyages des rues pourront alors être plus conséquents. "On espère ainsi pouvoir toucher plus de monde."