Mons

Des aménagements, créations de liaisons et rénovations sont prévus.

C’est une bonne nouvelle pour la mobilité douce. Le gouvernement wallon a en effet récemment adopté le plan RAVeL 2019-2024. Pas moins de 113 millions d’euros seront ainsi libérés à l’horizon 2024 pour permettre à la Wallonie d’accroitre la part modale de la mobilité alternative, qui ne représente aujourd’hui qu’1% des déplacements. L’objectif est d’atteindre les 5% d’ici 2030.

Concrètement, le réseau actuel sera développé, modernisé, entretenu. Chez nous, la mise en œuvre d’une « autoroute cyclable » pour relier l’entité montoise aux communes du Borinage est prévue pour quelque 250.000 euros. « Si le RAVeL est très fréquenté pour les loisirs, il peut également être un moyen efficace et rapide pour se rendre en ville, dans un village voisin, dans les commerces locaux, au travail, à l’école ou pour rejoindre une gare », précise Carlo Di Antonio (cdH), ministre de la mobilité et de la transition écologique.

En cinq ans, ce sont plus de 300 kilomètres de RAVeL qui ont pu être aménagés, portant à ce jour l’étendue du réseau wallon à plus de 1620 kilomètres, dont 708 kilomètres sur les anciennes voies ferrées, 667 kilomètres le long des voies hydrauliques et 252 kilomètres de pré-RAVeL et chemins de liaison sur les voiries communales. En prévoyant des crédits aujourd’hui, l’actuel gouvernement wallon prépare le terrain pour demain.

Côté aménagement, notons des subsides à hauteur de 700 000 euros pour la L98A à Honnelles (Maison du garde-gare de Roisin-Autreppe), 500.000 euros pour la L98A (le dernier tronçon entre Autreppe et la frontière française), 1,3 millions d’euros pour la L109A (entre Cuesmes et Harmignies) et 1 million d’euros pour la L109A (entre Harmignies et Estinnes).

D’autres enveloppes seront consacrées à la création de liaison, notamment sur la L98 (liaison à la gare de Quiévrain, 75 000 euros) et sur la L98C (liaison à la gare de Saint-Ghislain et au canal, 1 million d’euros) et à des travaux de rénovation et d’entretien (défrichage de la ligne entre Cuesmes et Estinnes pour 75 000 euros, rénovation des ouvrages d’art entre Cuesmes et Harmignies pour 1 million d’euros.

À ces montants s’ajoute un million d’euros pour assurer l’entretien extraordinaire du RAVeL.