Quatre communes sont directement impactées par l'arrivée du Bus à Haut Niveau de Service, à savoir Mons, Saint-Ghislain, Quaregnon et Boussu. Ce tram sur roues, qui va complètement changer la donne sur la N51, va donc toucher quelque 160.000 habitants. Et même plus si l'on tient compte des communes de Frameries et de Colfontaine. La ligne A reliera la gare de Mons à celle de Saint-Ghislain, tandis que la B ira jusqu'à Boussu. Un tronc commun de 7 kilomètres est compris entre la gare de Mons et les 4 pavés d'Hornu.

Cette année déjà, un bureau d'études sera sélectionné. Les travaux sont prévus de 2023 à 2026. Avant cela, le dossier sera préparé pour une demande de permis. Les riverains et les autorités locales seront consultés en amont, en 2022. Ce qui rassure le bourgmestre de Quaregnon. "On sait que cet axe est fortement emprunté. On ne peut que se réjouir de voir ce projet aboutir, d'autant plus qu'il aura aussi un impact sur nos communes voisines comme Frameries et Colfontaine. Je suis aussi heureux de savoir qu'il y aura une bonne collaboration pour rassurer nos citoyens. Je suis convaincu que ce beau projet aboutira dans les meilleures conditions", commente Damien Jenart.

De son côté, le bourgmestre de Saint-Ghislain se réjouit aussi de l'arrivée de ce BHNS. Mais il salue également tout particulièrement les aménagements connexes qui sont prévus. "Le projet de contournement de Saint-Ghislain va permettre de régler le problème du viaduc d'Hornu qui est un véritable goulot pour la circulation sur notre commune entre la N547 et la N51. C'est un chantier important qui va se réaliser après celui de la sortie d'autoroute", souligne Daniel Olivier.

Pour le Montois Nicolas Martin, l'arrivée de ce BHNS doit donner une impulsion pour aller plus loin encore. "C'est un projet majeur qui est porté depuis de très nombreuses années et grâce à l'impulsion d'IDEA, du SPW et du TEC, on rentre dans une phase de concrétisation avec des moyens conséquents qui sont débloqués par la Région wallonne", rappelle le bourgmestre de Mons. "Cela va apporter une solution de mobilité pour cet axe qui est la vitrine de notre région. Et pour le moment, elle a une piètre image, car elle concentre toutes nos difficultés non seulement en matière de mobilité, mais aussi pour l'aménagement du territoire et l'urbanisme. Nous devons donc aller au-delà de la solution de mobilité. Nous ambitionnons de développer une dynamique commune pour l'aménagement du territoire et surtout, la rénovation urbaine. Le projet du BHNS doit aussi être l'occasion de repenser cet axe sur le plan urbanistique. Nous allons saisir cette belle opportunité."

"Ça y est, le monstre du Loch Ness je le connais, je l'ai rencontré", plaisante de son côté le bourgmestre de Boussu, Jean-Claude Debiève, tant le projet de la N51 est discuté depuis de longues années. "Je suis impressionné par le projet qui nous est aujourd'hui présenté. Il est extrêmement bien ficelé et je remercie les instances politiques qui l'ont soutenu, car il est essentiel pour notre région. Cela va permettre de redistribuer les cartes tout au long du passage de ce fameux bus. "