Le constat est malheureusement alarmant. En Belgique, on considère que près de 30% des espèces d’oiseaux et plus de 20% des espèces de mammifères sont menacés. Pour tenter de freiner ce déclin, la ministre de la nature, Céline Tellier (Ecolo) lançait en avril dernier une subvention « biodiverCité », visant à soutenir les communes à entreprendre des actions locales en faveur du développement de la nature sur leur territoire.

Ce ne sont pas moins de 225 communes qui ont soumis un projet. Elles peuvent ainsi disposer d’un budget globalisé pouvant aller jusqu’à 12 000 euros pour réaliser des fiches-action ambitieuses et peuvent éventuellement mutualiser les budgets à l’échevin supra-communal, notamment si elles font partie d’un parc naturel. Notons encore que 164 communes ont également un objectif de plantation, dont 63.333 m de haies et 48.172 arbres, sans compter les distributions de plants lors de la Semaine de l’Arbre 2022.

Chez nous, la majorité des communes de la région Mons-Borinage sont concernées. Les communes de Colfontaine et de Quévy décrochent ainsi une aide de 12 000 euros pour respectivement organiser la semaine de l’arbre, développer une spirale aromatique et verduriser les cimetières ou encore intervenir sur certaines voiries.

La commune d’Honnelles pourra quant à elle compter sur une subvention de 11 900 euros pour la création d’espaces mellifères en entrée de villages et dans les lieux fréquentés, former les ouvriers à la gestion différenciée ou encore sensibiliser le public aux projets, planter des bulbes printaniers. Les communes de Quiévrain et d’Hensies recevront respectivement 11 500 euros et 11 043 euros.

Cette enveloppe leur permettra de développer un jardin communautaire, de promouvoir l’éducation à l’environnement et au développement durable, de favoriser les cimetières nature, de planter des arbres, d’installer des nichoirs, de protéger les mares ou les hérissons. Du côté de Dour, qui hérite de 7848 euros, on prévoit la création de mares, une meilleure gestion des espèces invasives, de créer deux zones de prairies didactiques au sein des cimetières et d’aménager un sentier de la biodiversité.

Les communes de Mons, Frameries et Saint-Ghislain ont décroché des subsides de 6974 euros, 6500 euros et 6010 euros. Dans la Cité du Doudou, ils permettront de mener des actions régulières de sensibilisation des citoyens à la nature, de développer un plan de gestion du terril de l’héribus ou aménageront un chemin rural à Villers-Saint-Ghislain. À Frameries, les allées secondaires des cimetières de l’entité seront végétalisées tandis que le personnel sera formé à la gestion du fleurissement annuel. Des actions de sensibilisation seront aussi entreprises.

Enfin, à Saint-Ghislain, l’attention sera portée sur les batraciens et les points nature, les coccinelles et les papillons. Des espaces verts seront aménagés et un sentier balisé.