Valentine Salemi, Ludovic Fortin et Guy Nita ont été élus jeudi soir.

Ce jeudi, les militants écologistes de la région étaient réunis en assemblée afin de désigner leur nouvelle équipe de coprésidents, en remplacement de Manu Disabato (Frameries), Cécile Dascotte (Colfontaine) et Samuel Quiévy (Mons) pour les deux années à venir. Ce sont finalement Guy Nita, Valentine Salerni et Ludovic Fortin qui ont été désignés à une très large moitié.

"L’équipe a eu le loisir d’expliquer les grandes lignes de son projet à l’assemblée", explique-t-on du côté de la régionale tandis que Manu Disabato saluait ce choix. "Je suis vraiment heureux de passer le flambeau à cette nouvelle équipe. Ce sont des collègues sincères, travailleurs, engagés qui croient profondément en l’écologie. Je suis convaincu qu’ils feront de l’excellent travail dans les prochaines années", a-t-il souligné.

Le nouveau président, Ludovic Fortin (Lens), a de son côté évoqué un programme rassembleur et ambitieux. "La régionale est la coupole qui chapeaute les 13 locales de la région. A ce titre, son rôle est excessivement important. Nous souhaitons faire travailler les membres et militants de manière transversale et collaborative afin d’orienter les politiques locales et la politique de notre région. Nous souhaitons réinvestir le terrain et impliquer les acteurs de la société civile." Une "reconnexion avec les jeunes" est également au programme.

Défenseur d’une écologie "sociale, radicale et de terrain". Ludovic Fortin pourra compter sur la jeunesse de Valentine Salemi, membre de la locale écolo depuis moins d’un an. La jeune femme de 27 ans souhaite "être au contact des militants et acteurs de terrain" et reste convaincue qu’il faut "appuyer et soutenir les locales afin que la régionale soit le catalyseur des actions et initiatives locales." Nouvelle venue dans le paysage politique, Valentine Salemi a déjà de nombreuses idées.

"Nous allons analyser la faisabilité de mettre en place d’une maison de l’écologie politique sur le territoire de la régionale. Ce lieu serait le relais de notre politique, un lieu de rencontre entre membres mais aussi avec les citoyens, les acteurs de la société civile, bref, un lieu de partage, de réunion et de débat." Enfin, la régionale pourra compter sur l’expérience de Guy Nita, 62 ans, échevin de la mobilité, de l’environnement, de la prévention et du bien-être animal à Boussu entre 2016 et 2018.

Depuis plus de 20 ans, le Boussutois est sur le terrain. "Je me bats pour faire entendre et comprendre les messages de l’écologie politique. Ce n’est pas une affaire de bobo, ce qu’il faut comprendre, c’est que l’écologie politique recoupe des préoccupations sociales, économiques, environnementales. On ne peut faire de l’écologie sans réfléchir à ces dimensions", insiste-t-il. Nouvellement élue, l’équipe s’engage à porter « un projet radical, axé sur le social, afin de créer du lien pour construire un projet solide autour de l’écologie politique dans la région. »