Mons Des camions vibrateurs vont réaliser des prospections géophysiques.

L'intercommunale IDEA et l’Université de Mons vont prochainement réaliser des essais géophysiques dans la région du Cœur du Hainaut. Ceux-ci auront pour objectif de prospecter les sols de la région dans le cadre d’un projet de géothermie profonde : la mise en place d'un réseau de chauffage urbain pour l'hôpital Ambroise Paré de Mons, via une nappe d'eau chaude présente à 2 000 m sous le sol.

C'est dans ce cadre que d'imposantes machines vont traverser toute la région dès le 15 février pour effectuer deux campagnes d’essais géophysiques (sismique et gravimétrie). "La structure de cette profonde nappe d'eau reste encore peu connue", explique IDEA. "Des prospections doivent donc être réalisées afin de récolter de nouvelles informations. Lors des essais sismiques, des capteurs, appelés géophones, enregistrent les signaux émis par des camions vibrateurs. Une image des différentes couches du sous-sol est reconstruite sur base de l’analyse des échos enregistrés en surface."

Ces camions vont donc parcourir, à vitesse réduite, nos routes sur le territoire de plusieurs communes, allant de Bernissart et Hensies à l’Ouest jusque celles de Soignies et de Mons à l’Est. Au total, ce sont 15 communes de la région qui seront traversées sur un total de 90 kilomètres de tracés. Sont concernés, les villes et villages de Sirault, Hautrage, Hainin, Boussu, Dour, Athis, Autreppe, Onnezies, Audregnies, Baisieux, Quiévrain, Hensies, Bernissart, Baudour, Tertre, Saint-Ghislain, Hornu, Warquignies, Petit-Dour, Blaugies, Erquennes, Pâturages, Quaregnon, Thieusies, Ghislage, Saint-Symphorien, Havré, Harmignies et Givry.

Les deux campagnes seront réalisées durant les mois de février et de mars 2019, le long de cinq tracés. Sur chacun d'eux, les opérations dureront environ une semaine. "Afin de permettre le passage du convoi, des interdictions de stationner et/ou de circuler (en fonction de la largeur de la voirie) pourront être installées avant le passage des camions et des lignes de capteurs seront déployées le long des voiries", prévient IDEA.

© DR