La campagne de vaccination est désormais terminée dans les maisons de repos de Wallonie. Preuve qu'elle a produit ses effets, la ministre Cristie Morreale a annoncé que plus aucun cluster n'avait été détecté en maison de repos. L'Aviq a par ailleurs assoupli les mesures sanitaires. Progressivement, la vie reprend son cours.

"Chez nous, 90% des résidents et plus de 50% du personnel se sont fait vacciner", explique Brieuc Collard des Jardins de Scailmont à Manage. "Si elles sont toujours limitées à deux personnes en même temps avec des roulements tous les 15 jours, les visites peuvent reprendre comme avant. Il n'y a plus de limites, de rendez-vous ou de prise de température. Il faut juste s'inscrire à un registre. Nous avons remarqué que beaucoup de familles venaient, comme pour rattraper le temps perdu. Et nous pouvons voir que ça fait du bien au moral des résidents."

Lorsque l'épidémie de coronavirus a éclaté en Belgique l'an dernier, l'attention s'est portée sur les hôpitaux. Relativement oubliées dans un premier temps, les maisons de repos ont payé un lourd tribut. Pour le directeur de la maison de Pauvres Sœurs à Mons qui n'a pas été épargnée par l'épidémie, voir la vaccination commencer prioritairement dans les collectivités pour seniors était une bonne chose. "Le bon choix a été fait, il le fallait. Les résidents mourraient même de solitude", commente Jean Lahoussé, directeur de l'institution. "Chez nous, 90% des résidents et un tiers du personnel ont pu être vaccinés dès le mois de janvier. Nous étions parmi les premiers. Ça nous a permis de reprendre les activités et d'autoriser les visites en famille. Même si le nombre reste limité, c'est clair que c'est un cadeau appréciable pour nos résidents."

À la maison de repos des Jonquilles à Mons, on n'est pas près de revoir débarquer les militaires qui étaient venus prêter main-forte au personnel en avril dernier. Mais on reste sur ses gardes. "L'Aviq nous a autorisés à assouplir toute une série de mesures et ça fait du bien aux résidents. Mais quand on voit les chiffres de l'épidémie et l'apparition de tous ces nouveaux variants un peu partout, on ne peut pas encore dire que la page est tournée", réagit la directrice de l'institution.

De fait, les maisons de repos respirent, mais elles ne sont pas des îlots coupés du reste du monde. "On constate très clairement que la vaccination porte ses effets, mais il y a toujours une petite crainte que ça reprenne. La semaine dernière par exemple, nous avons eu une étudiante qui a été testée positive. Le virus est toujours bien présent dans la société et il faudra encore patienter pour que la vie reprenne normalement", conclut Brieuc Collard des Jardins de Scailmont.