Le tribunal correctionnel de Mons a prononcé une peine de cinq ans, assortie d'un sursis probatoire de cinq ans, contre un grand-père poursuivi pour des faits de mœurs sur la petite-fille de sa compagne. 

L'acquittement avait été plaidé par la défense qui fera certainement appel. L'enfant avait expliqué qu'elle était obligée de regarder des films pornographiques avec celui qu'elle considérait comme son grand-père, lequel l'avait aussi violée alors que sa grand-mère, malade, était alitée. Le sexagénaire aurait menacé la petite si elle parlait.

La défense avait plaidé l'acquittement au bénéfice du doute, insistant sur le fait que le test de crédibilité sur l'enfant n'atteignait pas assez de critères positifs. Le prévenu, quant à lui, prétend souffrir d'impuissance depuis des années mais aucune expertise n'a été réalisée.