Mons Le chantier de la nouvelle gare de Mons est par ailleurs loin d’être terminé

Depuis sept semaines, les "cyclistes gonflés à bloc" se moquent de la Ville de Mons et de la Région wallonne en dénonçant certaines absurdités qu’ils rencontrent en tant qu’usagers à deux roues. Leur terrain de chasse n’est autre que la Cité du Doudou et plus particulièrement son centre-ville. Des détails sont mis bout à bout pour démontrer, ce qu’ils appellent la farce.

Cette semaine, leur attention s’est inévitablement portée sur la future gare passerelle de Mons, qui, rappelons-le, n’est toujours pas terminée. "Comment ont-ils réussi une blague d’un tel calibre ?", s’est interrogé le collectif cycliste. "C’est simple : annoncer pendant des années la construction d’une passerelle cyclable et piétonne à côté de la gare de Mons et, juste avant les travaux, décider de construire à la place une gare-passerelle piétonne, mais pas cyclable. Différence ? 250 millions d’euros, excusez du peu !"

Ainsi , le 20 octobre 2006, l’affaire était dans le sac, "dans le sac à malices, malheureusement !", précise le collectif. À l’hôtel de ville de Mons, le bourgmestre, également ministre-Président de la Région wallonne, Elio Di Rupo (PS), annonce que le marché de cette passerelle est attribué à un architecte mondialement connu, Santiago Calatrava.

"En plus d’une passerelle de 150 mètres destinée aux piétons, aux cyclistes et aux personnes handicapées, le budget de 35 millions d’euros va même permettre de réaliser un parking ‘paysager’ de 800 places et la couverture des quais. Début des travaux prévus en 2008 avec une fin de chantier en 2010."

Sauf qu’un an plus tard, les autorités ont revu leur copie et leur budget. "Au lieu de réaliser une passerelle cyclable et piétonne, ils vont carrément raser la gare pour la remplacer par une autre gare, qui sera une gare-passerelle… exclusivement piétonne. Pour les besoins du gag, le projet annoncé est évidemment en contradiction flagrante avec le marché. […]"

Et d’ajouter : "Dans ce cas-ci, on ne peut pas dire qu’elle ne sera pas cyclable pour un sou mais plutôt qu’elle ne sera pas cyclable pour 250 millions d’euros ! En effet, au lieu des 35 millions d’euros prévus, la facture totale est passée à 285 millions d’euros en ce début 2018. Et encore, ce n’est pas fini ! Depuis 2006, malgré tous les jurés-crachés par terre, ce prix a augmenté en moyenne de 20 millions d’euros par an."

Aujourd’hui, le chantier de la gare de Mons n’est effectivement pas encore terminé, plus personne ne se risque à annoncer une date de fin de chantier et enfin, son coût grimpe toujours.

Reste que le jour où cette gare multimodale sera totalement opérationnelle, ces cyclistes farceurs mais très gonflés "ne pourront pas rouler sur cette passerelle. Ils devront descendre de machine pour pouvoir admirer la merveilleuse architecture spécialement conçue pour les empêcher d’aller aux Grands Prés à vélo."