C'est l'été sur Mars! Du côté de la planète rouge, on ne sait pas si des petits bonshommes verts se promènent en slash et bermuda. Mais dans la Cité du Doudou en tout cas, la vie culturelle reprend ses droits.

À défaut de pouvoir organiser son traditionnel Festival au Carré, Mons arts de la scène a en effet concocté un joli programme estival. Au menu, des spectacles en salle, dont des créations inédites. Et des projets originaux dans l'espace public. Du 1er juillet au 26 août, il y aura du théâtre, de la danse, de la musique, des performances ou même du cirque.

Le coup d'envoi a été donné jeudi avec une pièce en avant-première de Fabrice Murgia et Laurent Gaudé, La Dernière nuit du monde. Suivront notamment Pitcho & Musiques Nouvelles, le seul en scène déjanté de Rosario Amedeo sur Jackie Chan, les déambulations musicales d'un homme-orchestre ou encore un festival de hip-hop au Grand Large.

Même si les incertitudes ont longtemps plané sur le secteur culturel, MARS a pu rapidement mettre sur pied son programme estival. "Nous avions rêvé jusqu'au bout de pouvoir faire le Festival au Carré", explique Philippe Kauffmann, coordinateur artistique de MARS. "Mais même avec certaines autorisations de spectacle, nous savions que nous ne pourrions pas proposer un festival avec toute la convivialité que cela implique. Et nous avons préféré ne pas mentir au public en lui proposant un festival qui n'en était pas un. Le Festival au Carré a donc été annulé, mais nous avons pu garder des éléments pour cette programmation estivale."

Durant le confinement, le coordinateur artistique s'est découvert un nouveau métier avec un double objectif. "En attendant de pouvoir reprendre, on a passé notre temps à pister les interstices et les portes entrouvertes. Nous savions que, même dans des conditions sanitaires drastiques, nous pourrions organiser des spectacles cet été", poursuit Philippe Kauffmann. "Heureusement, ces conditions se sont assouplies. C'était doublement important pour nous de faire quelque chose. Nous voulions d'une part sauver des artistes qui se trouvent dans des conditions de précarité importante. Nous voulions d'autre part apporter de la culture au public qui, comme on a pu le voir, en a grand besoin. Les gens ont besoin de retrouver du lien, de sortir de chez eux et de penser à autre chose. C'est notre métier de répondre à ça. Et on le fait avec des artistes qui ont des messages à apporter. Ce n'est pas juste de l'animation."

Tout le programme est consultable sur le site de MARS. Philippe Kauffmann pointe pour nous quelques coups de cœur. "Il y a La Fuite d'Olivier Meyrou et Mathias Pilet. On voit un jeune homme dialoguer avec une tente Quechua. C'est l'un des plus beaux acrobates que j'ai vu et c'est assez inhabituel dans les arts du cirque. Mais c'est un peu notre marque de fabrique de proposer des choses singulières, nous sommes des Martiens après tout. Il y a aussi le spectacle d'Etienne Saglio qui est parvenu à dompter un fantôme. C'est très impressionnant. Le spectacle sera joué en permanence au théâtre royal du 9 au 23 juillet. Le magicien ne reste pas sur place, mais le dispositif est installé avec une petite mise en scène. Les gens peuvent s'y rendre quand ils veulent et gratuitement pour voir ce fantôme voler dans le théâtre."