Mons

La Ville transfère au CPAS son Plan de Cohésion sociale. Une nouvelle organisation va être mise sur pied.

À Mons, le Plan de Cohésion sociale (PCS), ce sont les maisons de quartiers où sont organisées une foule d'activités. C'est aussi, par exemple, un partenaire pour la journée mondiale de l'alphabétisation, les repair cafés ou encore les groupes de parole sur le tabac. Le PCS, c'est aussi et surtout l'accompagnement des personnes sans-abri.

Jusqu'à maintenant, le PCS dépendait de la Ville de Mons. Mais voilà qu'il passe entre les mains du CPAS. "L'objectif est d'entrer dans une logique de cohérence au regard des missions des différents opérateurs publics sur le territoire", commente Marie Meunier, présidente du CPAS.

Ce transfert ne s'est pas fait dans l'improvisation. Durant l'été, un comité d'accompagnement s'est réuni pour élaborer la meilleure façon de procéder. La réflexion a débouché sur un plus vaste chantier, puisqu'il a été décidé de ne pas se limiter au PCS, mais de revoir le fonctionnement du service de prévention dans sa globalité.

Concrètement, partant d'un cadre traduisant les grandes orientations, les équipes ont participé à la réorganisation des services qui s'articuleront autour de 6 grands thèmes: lutte contre l'isolement, prévention des assuétudes, accompagnement des SDF, vie de quartier, espace public sécurisant et partagé et enfin, travail de prévention avec les auteurs de délits et d'incivilités.

Après ce rabattage de cartes, il va falloir répartir les forces du personnel. Chacun des 60 membres des équipes du service va ainsi passer un entretien. L'occasion d'établir un bilan des compétences acquises et d'entendre les souhaits des travailleurs sur leur future position dans la nouvelle organisation. Une fois ce travail effectué, le comité d'accompagnement arrêtera la répartition des rôles de chacun. La mise sur pied de la nouvelle organisation est ainsi prévue pour le 1er janvier 2020.

"Cette réorganisation en grands pôles d'action, qui s'imbriquent dans le fonctionnement du CPAS, devra permettre d'installer une plus grande cohérence et développer l'efficacité des actions menées sur le territoire, au service du public montois", conclut Marie Meunier.