Avec ses deux écoles très fréquentées, le Sacré-Cœur et Saint-Stanislas, la rue des Dominicains voit chaque jour de classe défiler les nombreuses voitures des parents qui déposent leur progéniture alors que les élèves se massent sur les trottoirs. Des trottoirs pas toujours à la hauteur de la situation.

Pour améliorer la sécurité des piétons, des plots en plastique avaient déjà été installés. Mais ils vont bientôt disparaître au profit d'aménagements à la fois plus sécurisants et plus esthétiques. "Le trottoir existant en pavés de béton est très dégradé et trop étroit aux heures d'affluence estudiantines", explique l'échevine de la Mobilité, Charlotte De Jaer. "Le projet prévoit la création et l'élargissement du trottoir, en pavés de pierre naturelle, du côté gauche de la rue des Dominicains, en descendant depuis la rue des Gaillers jusqu'à la rue du Mont du Parc. La zone piétonne sera protégée par des barrières et potelets en acier et une pose de dalles podotactiles aux passages cloutés est également prévue."

Les conditions du marché et le mode de passation ont été approuvés lors du dernier conseil communal. Une enveloppe de 300.000 euros est bloquée pour mener les travaux à bien. Des travaux qui pourraient commencer au printemps, tout dépendra de l'attribution du marché.

La mobilité aux abords des écoles reste un enjeu crucial dans la Cité du Doudou. La Ville de Mons a d'ailleurs dans ses cartons le projet d'aménager des rues scolaires où, aux heures d'arrivée et de sortie, des portions de rue passeront en zone piétonne devant les établissements.

"Nous avons lancé l'expérience l'an dernier en commençant avec un endroit plus facile, à Havré. Le test a été interrompu en mars à cause de la pandémie. En concertation avec la direction de l'école, nous avons décidé de reprendre en octobre pour ne pas perturber la rentrée scolaire", indique Charlotte De Jaer. "Le principe des rues scolaires sera progressivement étendu à d'autres zones, en partant des plus simples jusqu'aux plus complexes, la rue des Dominicains étant évidemment la plus complexe."