Qui ne s'est pas un jour trouvé prisonnier des files en allant se délester de quelque déchet ou objet encombrant dans l'un des recyparcs Hygea? Le conseiller Mons en Mieux Guillaume Soupart fait partie de ceux-là. "Quand on y va une fois toutes les lunes, on prend son mal en patience. Mais quand on fait des travaux comme moi et qu'on doit y aller souvent, ça devient compliqué", confie Guillaume Soupart.

C'est sans doute en faisant la queue que le conseiller MEM a eu le temps de cogiter. Il arrive en tout cas avec une idée : des recyparcs intelligents pour éviter les longues files. "Il faut faire le constat. Les files n’encouragent absolument pas à participer à la collecte et au recyclage des déchets", explique Guillaume Soupart. "Je suis conscient que c’est difficile. Les ouvriers du parc Hygea de Jemappes où je vais font du bon travail et il serait compliqué de faire peser sur eux de nouvelles missions. Il faudrait donc s'appuyer sur les nouvelles technologies et repenser l'organisation des recyparcs."

Guillaume Soupart suggère tout d'abord l'utilisation de caméras orientées vers les files. Elles permettraient de voir en direct le taux de congestion des parcs sur le site de l’Hygea. Les heures d’affluence pourraient également y figurer. "Il faut être prudent au niveau de la protection de la vie privée. Les images ne doivent pas être assez nettes que pour reconnaitre un visage ou une immatriculation. Et évidemment, on ne peut pas filmer les travailleurs."

Le conseiller MEM fait également la proposition de créer des files rapides pour, par exemple, déposer uniquement les déchets verts. Il faudrait alors réaménager et repenser les dispositions des parcs. "Beaucoup de citoyens vont au parc à conteneurs après avoir fait leur jardin. Je comprends que c’est très démotivant de savoir qu’on en a pour un certain temps d’attente alors qu’on a tout au plus de la pelouse tondue et un vieux rosier dans son coffre."

Guillaume Soupart évoque aussi la possibilité de réservations avec un jour fixe. Peut-être plus compliqué à mettre en place. Mais les différentes pistes méritent sans doute d'être explorées. Car au-delà de la patience des usagers, il en va aussi de l'environnement. Des recyparcs plus accessibles aideront en effet à lutter contre la problématique des dépôts sauvages.