Dans l'immense toile du Net, le moindre recoin peut déboucher sur des surprises, bonnes ou mauvaises. Les lol cats y côtoient des images de sexe et de violence, des tutos maquillage défilent aux côtés d'appel à la haine et de simples tweets peuvent enflammer les réseaux quand ce ne sont pas les jeux de hasard qui plument des internautes crédules. Bref, le Net est un grand foutoir à l'intérieur duquel un public pas assez averti peut vite se perdre.

Pire, dans le monde virtuel, les phénomènes de harcèlement prennent une dimension particulière. Or, le confinement et les cours à distance n'ont rien arrangé à l'affaire. Et le conseiller Florent Dufrane s'en inquiète. Si bien que lors du prochain conseil communal, il proposera d'instaurer un permis numérique dans les écoles communales de la Cité du Doudou.

"Selon les associations de terrain et les autorités policières, les cas de cyberharcèlement et de violence sur Internet sont en augmentation", explique Florent Dufrane. "De nombreux enfants sont confrontés très tôt à Internet, les adolescents, avec le distanciel et le presque confinement, utilisent bien plus les plateformes numériques, ce qui peut occasionner des opportunités, mais également des risques auxquels il faut pouvoir répondre."

Le conseiller de Mons en Mieux s'inspire donc de ce qui se fait déjà chez nos voisins français. "En France, le "Permis Internet pour les enfants" est un programme national de prévention pour un usage d’Internet vigilant, sûr et responsable à l’attention des enfants et de leurs parents", poursuit le conseiller de Mons en Mieux. "Avant de laisser un jeune utiliser Internet seul, il est indispensable de s’assurer qu’il a assimilé les règles élémentaires de vigilance, de civilité, et de responsabilité sur Internet. Ce programme compte déjà plus de deux millions d'utilisateurs."

En France, ce permis numérique est proposé aux élèves de CM2, l'équivalent de nos 5e primaires. Florent Dufrane souhaiterait que les écoles communales, qui dépendent de la Ville de Mons, embarquent dans cette aventure. Évidemment, les dangers du Net ne guettent pas seulement les jeunes Montois. Mais la Cité du Doudou a déjà innové sur ce terrain avec le programme cyberhelp. Florent Dufrane estime donc que Mons pourrait encore montrer la voie avec ce projet complémentaire tout en attirant l'attention des tutelles pour que toutes les écoles du pays soient sensibilisées à ce sujet.