C’est incontestablement un projet qui ne pourrait pas être envisagé seul. Mais l’union fait la force et les communes de Mons, de Quaregnon et de Frameries se sont associées afin de répondre à l’appel à projets de la Région wallonne visant la création de nouvelles infrastructures sportives conjointes. Les trois communes, si elles sont retenues, entendent en développer une spécifiquement dédiée à la gymnastique.

C’est du côté de Cuesmes, près de la piscine communale, que cette dernière pourrait voir le jour. Le club de gymnastique montois Hemerocalys en serait le principal bénéficiaire mais aucune exclusive n’est prévue. "Ce sera un vrai plus pour les membres qui doivent aujourd’hui investir plusieurs salles , souligne Mélanie Ouali (PS), échevine montoise des finances et des sports. "Peu de salles disposent d’une hauteur sous plafond suffisante pour permettre la bonne pratique de la discipline."

D’autres clubs pourraient investir les lieux, tout comme les écoles. "La salle disposera de matériel professionnel que l’on ne retrouve aujourd’hui nulle part ailleurs", ajoute pour sa part Jean-Marc Dupont (PS), bourgmestre de Frameries. "Ce sera une plus-value pour nos écoles." À ce stade, impossible d’établir un planning d’occupation mais la ville de Mons devrait profiter de la structure à raison de trois jours par semaine, les communes de Frameries et de Quaregnon d’un jour chacune.

En soirée, l’occupation sera établie en fonction des demandes. "Cuesmes reste vraiment une localisation stratégique car proche des trois communes", poursuit Mélanie Ouali. La ville de Mons est déjà propriétaire du terrain sur lequel le projet pourrait se développer. C’est par ailleurs pour cette dernière que l’investissement sera le plus lourd. Les premières estimations font état d’une dépense de trois millions d’euros HTVA, subsidiables à hauteur de 70%.

900 000 euros resteraient ainsi à charge des trois communes. 85% de ce montant serait pris en charge par la ville de Mons tandis que Frameries et Quaregnon participeraient à hauteur de 7,5%. "Ces 67 500 euros seraient financés par emprunt", précise Jean-Marc Dupont. "C’est financièrement abordable pour notre commune. Nous adhérons totalement à la philosophie du projet, qui consiste à développer des projets ensemble plutôt que chacun de son côté."

Le dossier de candidature vient d’être soumis à la Région wallonne. Les trois communes partenaires doivent désormais attendre et croiser les doigts. Si le projet venait à être retenu, il ne faudrait pas espérer une concrétisation avant au moins 2024.