Dans le parc des Ursulines situé à la porte de Nimy à Mons, IDEA comptait aménager une centrale géothermique et forer deux puits de 2500m de profondeur. L'installation devait alimenter en énergie l'hôpital Ambroise-Paré situé juste à côté, mais aussi d'autres institutions. Mais l'intercommunale a finalement décidé de mettre un terme au projet. La décision a été validée par son conseil d'administration ce mercredi matin.

Pour rappel, le projet avait suscité une forte mobilisation chez les riverains qui craignaient des nuisances liées au chantier et à l'exploitation de la centrale en plein centre-ville. Des recours avaient d'ailleurs été introduits. Et le dossier avait déjà pris du retard. Au départ, le forage était prévu en 2020, le chantier des installations à la mi-2021 et la mise en service de la centrale dans le courant de l'année 2023. Le calendrier avait été revu une première fois avec un forage prévu pour ce printemps et une mise en service pour décembre 2023. Finalement, le projet est donc abandonné.

De fait, le temps était compté pour l'intercommunale. Le projet évalué à 20 millions d'euros reposait à 80% sur le fonds européen FEDER. Or, toute dépense engagée après le 31 décembre 2013 aurait échappé à ces précieux subsides. IDEA indique que le dossier a rencontré de nombreux freins sur des questions juridiques complexes relatives notamment à la question des aides d’État ou bien encore à une prolongation des délais de livraison des tubages en acier à la suite de la crise sanitaire. Dès lors, après concertation avec le ministre wallon de l’Énergie, Philippe Henry, IDEA a décidé d'abandonner ce projet qui était appuyé par l'UMons.

Mais pour l'intercommunale, cet abandon ne remet pas en cause la pertinence et la nécessité du développement de la géothermie en Cœur de Hainaut. "Nous sommes convaincus du potentiel gigantesque de la géothermie à l’échelle du Cœur du Hainaut et du rôle que cette énergie locale, propre et durable peut jouer en matière de défis énergétique et climatique. Nous mettrons tout en œuvre pour dégager au cours des prochains mois, en collaboration avec le cabinet du ministre wallon de l’Énergie, des solutions permettant de définir le déploiement de la géothermie. IDEA sera attentive à la sensibilité citoyenne et aux remarques émises par les riverains quant au déploiement de cette ressource et à une future localisation", souligne Jacques Gobert, président d’IDEA. "Cette ressource a plus que largement démontré ses pleines potentialités dans des régions telles que le bassin Parisien, présentant de nombreuses similitudes en termes de géologie, de température de l’eau, de profondeur, etc. pour nous permettre d’affirmer que nous croyons à cette belle alternative qu’est la géothermie en Cœur du Hainaut."

Le ministre wallon de l’Énergie, Philippe Henry, a quant à lui indiqué que, si le projet Feder mené par IDEA est stoppé, le soutien aux énergies renouvelables, quelles que soient leurs formes, reste une priorité. Dans le cas de la géothermie, il encourage la recherche d’une approche permettant d’atténuer les risques techniques et de soutenir le risque économique inhérent à ce type de technologies, nécessaires à la transition énergétique.

Enfin, IDEA précise que l’ensemble des dépenses engagées jusqu’ici seront tout à fait valorisables pour la suite du déploiement de la géothermie à l’échelle du Cœur du Hainaut.