Débordant de créativité, Jean-Philippe Watteyne est du genre à multiplier les projets plutôt qu’à se tourner les pouces, même quand l’heure est au confinement. Le chef montois a ainsi récemment lancé un bar à mitraillettes et décline ses pains-frites au gré de son imagination.

Mais les réseaux sociaux regorgent de tourneurs de pouces professionnels qui prennent avec trop de premier degré les délires culinaires du Montois. Attaché à sa Cité du Doudou, Jean-Phi s’est ainsi amusé à composer des mitraillettes en référence à des personnes bien connues de la ville. Il a sorti une Dirupaillette, en clin d’oeil à Elio Di Rupo. Ou encore une Champiii, en hommage au célèbre SDF qui déambulait avec son vélo dans les rues de Mons.

Les références amusent le plus grand nombre, mais il y a en a bien quelques-uns pour dénoncer des accointances politiques ou de la récupération malsaine. Si bien que le chef en a eu marre et s’est fendu d’une vidéo pour répliquer aux trolls qui lui crachent leur haine.

"Je suis halluciné par ce que j’ai lu sur Internet", explique Jean-Phi. "Di Rupo pour moi, c’est un Montois. Je suis totalement hors-politique. Ça aurait pu être Georges-Louis Bouchez ou d’autres. Di Rupo c’est un Montois qu’on croise tout le temps." Quant à la mitraillette Champiii, le chef explique avoir voulu rendre hommage à une véritable icône montoise.

"On ne peut pas plaire à tout le monde", reconnaît Jean-Phi. "Mais si vous voyez mon nom passer dans une publication, zappez tout simplement. On a autre chose à foutre que de lire vos méchancetés." Le chef explique faire partie de ces groupes comme T’es un vrai Montois ou Restos montois. Et difficile de ne pas passer à côté de certains commentaires. "Il faut arrêter la méchanceté gratuite. Allez commenter d’autres choses et pas celles qui me concernent, car ça fait chier à force", conclut Jean-Phi.

De fait, si les Internautes commentaient uniquement ce qu’ils apprécient, les réseaux sociaux auraient certainement une autre odeur…