Les deux structures proposent globalement la même chose aux artistes de la région.

Après près de dix mois de recherche, de négociations et de persévérances, Jean-Claude Lardinois s’apprête à ouvrir les portes de la Maison des Auteurs et des Artistes (MAA), à Mons. La structure vise à accueillir les artistes, peu importe leur discipline, et à leur proposer un lieu pour exposer leurs œuvres.

Le projet avait mis sur pied alors que la Maison des Employés vivait des heures sombres. Située à la rue Chisaire, cette dernière était menacée de fermeture, conséquence de l’abandon du système d’aide à l’emploi APE décidé par le ministre Pierre-Yves Jeholet. L’unique travailleur risquait de perdre son emploi et les artistes leur lieu de rassemblement.

Sauf que ! Aujourd’hui, la Maison des Employés fonctionne à plein régime. "Nous étions allés plaider notre cause auprès du ministre Jeholet et avions pu le convaincre de toute l’importance de maintenir ouverte une telle structure. Les subsides avaient pu être conservés et l’emploi du coordinateur sauvé.Nous croulons sous les demandes d'expositions", précise Patrick Salvi, président de l’asbl et par ailleurs secrétaire régional du SETca Mons-Borinage.

"On ne craint pas une potentielle concurrence entre les deux structures. Mais de notre côté, l’asbl est soutenue par la maison syndicale. Sans l’intervention de celle-ci, la situation serait plus compliquée. Nous sommes conscients des coûts que représentent la mise sur pied d’une exposition, entre l’accueil de l’artiste, le montage, la promotion, le vernissage,… Nous avons aussi de notre côté un animateur, à temps-plein, qui met ses compétences professionnelles au service des artistes. Sans moyens financiers, il est impossible de garder la tête hors de l'eau."

Bref, l’ouverture de la MMA ne ravit pas particulièrement les acteurs qui gravitent autour de la Maison des Employés, même s’il y a place pour deux. "De très nombreux artistes nous sollicitent, nous en avons de plus en plus qui sont originaires de Ath, Tournai, La Louvière,… Nous ne pouvons pas répondre à tout le monde car nous organisons déjà en moyenne une exposition toutes les six semaines. Mais ce que nous souhaitons surtout, c’est insister sur le fait que nous sommes apolitiques et neutres ! Seuls les artistes comptent, les affiliations éventuelles ne sont jamais rentrées en ligne de compte."

In fine, la situation reste favorable aux artistes. Ceux-ci disposent désormais de deux structures prêtes à les accueillir et à les aider dans la mesure du possible dans leurs souhaits d’exposition.