Le théâtre est une tribune, il parle haut et fort, disait Victor Hugo. C'est donc de manière retentissante que Marie-Aurore d’Awans et Pauline Beugnies ont adapté l'histoire de Mawda sur les planches. Pas juste pour raconter le drame d'une fillette de deux ans, abattu d'un tir policier alors qu'elle tentait avec ses parents et d'autres migrants de fuir les forces de l'ordre. Les auteures ont beaucoup travaillé en amont, collectant de nombreuses informations et discutant avec les parents de Mawda, pour comprendre comment un tel drame avait pu arriver, le contexte politique dans lequel il s'est inscrit et la manière dont les médias ont traité les événements.

Mawda, ça veut dire tendresse, c'est donc plus que l'histoire d'un drame. C'est une pièce qui interroge le monde fou dans lequel nous vivons. Co-produite par Mars, elle sera jouée au Manège le 18 janvier. Pour l'occasion, la maison culturelle montoise propose en partenariat avec des associations locales toute une série d'activités autour de la représentation. Parce que le drame et le procès se sont tenus à Mons. Mais aussi parce les thématiques des migrations, de la solidarité, de la résistance abordées dans le spectacle sont primordiales pour Mars.

Le bar du Manège accueillera ainsi deux expositions. Avec Les écorchées douces de Sabine Til, une cabane pensée comme une matrice permet de découvrir les témoignages de femmes survivantes de la guerre et de l'exil. Les enfants du Village du Mons exposent également les dessins et les peintures qu'ils ont réalisés pour dénoncer le racisme et soutenir la famille de Mawda. Toujours dans le bar du Manège, une bibliothèque éphémère est aménagée autour des thématiques du spectacle et en collaboration avec le Réseau montois de lecture publique. Des thés et des en-cas solidaires seront également proposés au profit de BxlRefugees. Tout comme de la bière 100PAP dont les bénéfices permettent de lutter contre la précarité matérielle et temporelle des logements des collectifs de personnes sans papiers.

À noter que le mercredi 19 après-midi, pour les enfants, la pièce de théâtre n'étant pas adaptée, le film d'animation réalisé par le Village du Mons, Pacasoco, sera proposé. Sous forme de conte animalier, il aborde la question des migrations et du racisme, mais aussi les raisons pour lesquelles des gens fuient leur pays. Des discussions en sous-groupe suivront sur les différentes thématiques abordées dans le film: : racisme, inégalités riche-pauvre, résistance, solidarité…