Cela fait deux ans que les Montois attendaient de toucher à nouveau la Châsse de sainte Waudru. Car si la fête bat son plein depuis mercredi soir, c’est véritablement samedi soir que la ducasse est lancée, lors de la traditionnelle descente de la Châsse. Durant cette cérémonie, les restes de la sainte patronne de la ville de Mons sont transmis des autorités ecclésiastiques aux autorités de la Ville.

Après deux ans de crise sanitaire, la ferveur montoise était toujours au rendez-vous, comme en témoignait une collégiale pleine à craquer, où il était difficile de se frayer un chemin. Les temps changent, mais certaines choses restent immuables, comme la dévotion à la fondatrice de la cité.

"C’est une fierté. Il y a beaucoup d’émotion, explique Mehdi. Le Doudou, c’est un événement festif, on boit des bières, il y a les concerts, mais c’est vraiment cette cérémonie qui lance la Ducasse, le combat du dimanche en découle directement."

Le jeune papa était présent avec ses enfants de 8 et 2 ans. "C’est important de transmettre ce folklore, pour ne pas le perdre. Surtout à une époque où on numérise tout, il faut graver des souvenirs."

Claire les grave depuis sa tendre enfance. "Je viens depuis que je suis toute petite. J’ai eu l’occasion d’aller sur le Car d’Or, aujourd’hui c’est ma petite sœur qui va dessus, j’ai une autre sœur avec mes parents dans la chorale..."

© AVPRESS

Si les Montois vivent leur folklore, ils le partagent aussi. Les autorités religieuses avaient invité des prêtres ukrainiens pour la cérémonie. "La guerre n’empêche pas de faire la fête en prenant appui sur sainte Waudru qui nous a appris à traverser les moments difficiles", déclare le doyen André Minet, invitant à une pensée pour un peuple subissant les horreurs de la guerre.

Justine, de Liège, découvrait pour la première fois cette cérémonie particulière."Voir toute la ville unifiée donne un côté très familial. C’est émouvant de voir de telles traditions perdurer, alors qu’on pourrait avoir tendance à les oublier, mais qui reviennent chaque année."

"La ducasse, ce n’est pas que de l’alcool. Tout vient de cette tradition religieuse, la procession, le combat et la lutte du bien et du mal...C’est important de ne pas perdre cela", conclut Mehdi.

© AVPRESS