C'est l'aboutissement de dix mois de travail et de nombreuses négociations.

C’est l’aboutissement de dix mois de travail et donc le soulagement pour Jean-Claude Lardinois, écrivain montois et fondateur des Éditions du Rapois. D’ici deux semaines, la Maison des Auteurs et des Artistes (MAA) ouvrira officiellement ses portes. C’est au sein du magasin de papier, situé rue de la Clef, que la structure se développera.

C’est en septembre 2018 que tout débutait. Jean-Claude Lardinois avait pris conscience que "depuis l’événement Mons 2015, les artistes de Mons, du Borinage et des Hauts-Pays se sentent abandonnés par les politiques de la région." Une pétition avait été lancée tandis que la Maison des Employés et des Artistes s’apprêtait à fermer ses portes. Entre temps, des contacts ont été pris, du chemin a été parcouru.

"Je suis fatigué et donc extrêmement soulagé heureux que ce projet se concrétise, que l’on puisse ouvrir à monsieur et madame tout le monde la MAA. C’est un endroit qui sera accessible à tous, peu importe la discipline, peu importe les raisons qui ont poussé ces personnes vers l’art", explique le Montois, qui a mis sur pied exclusivement sur fonds propres. "J'ai eu du soutien de nombreux élus mais je ne voulais pas être financièrement dépendant de la ville de Mons par exemple."

Seul le bâtiment – le Magasin de Papier – est mis gratuitement à disposition par la ville plusieurs mois par an. "Nous avons de nombreux murs, ce qui nous permettra d’exposer simultanément une dizaine d’artistes. Mais nous pourrons aussi exposer des œuvres (sculptures etc.) et organiser des exhibitions, par exemple avec des poètes, des musiciens, des performeurs." La MAA prendra donc ses quartiers à Mons mais le concept sera également transposé ailleurs, dans le grand Mons, le Borinage et les Hauts-Pays.

"Nous nous organiserons en fonction des salles disponibles, des envies du moment. Certaines choses pourraient être organisées en plein air à la belle saison. Nous nous adapterons aux artistes, nous sommes ouverts à toutes les propositions, même s’il faut rester conscient que l’on ne pourra pas faire plaisir à tout le monde." En attendant, un appel aux bénévoles avait été lancé il y a quelques jours à peine. Une cinquantaine de personnes s’est montrée intéressée. Reste donc à mettre tout cela en musique.