Mons La coalition pastèque n’a pas tardé à s’activer dans la Cité du Doudou.

C’est une coalition PS-ECOLO inédite qui s’est mise en place à Mons après les élections communales. Six mois après sa prise de fonction, la majorité pastèque dresse un premier bilan.

Force est de constater que le bourgmestre Nicolas Martin et son équipe n’auront pas perdu de temps pour mettre des projets en place. En matière de sécurité par exemple, cheval de bataille du nouveau mayeur, une brigade anti-criminalité a été mise en place dans les quartiers sensibles. Les Pumas de Mons ont ainsi déjà réalisé 4.119 contrôles. Par ailleurs, les radars et les caméras de surveillance se multiplient.

Sur le plan du développement économique, une cellule d’accueil des investisseurs a été créée et le rayon du fond d’impulsion a été élargi hors de frontières du centre-ville. De nouveaux bâtiments ont également été achetés pour la maternité commerciale.

La majorité pastèque porte aussi son attention sur l’environnement. Un premier compost collectif a ainsi été mis en place, les gobelets réutilisables ont été testés lors du Petit Doudou et un audit énergétique du parc des bâtiments communaux a été lancé.

Notons aussi que le CPAS regroupe désormais sous son aile le Plan de cohésion sociale et l’aide aux SDF pour plus de cohérence et d’efficacité. Un CPAS qui a par ailleurs lancé la construction d’une nouvelle crèche.

On pourrait encore parler de l’engagement d’enseignants supplémentaires pour renforcer les écoles, le doublement du budget pour les voiries, l’inauguration du skatepark, la création d’un festival du printemps ou l’installation progressive d’œuvres d’art dans la ville. La liste n’est pas exhaustive. Et le collège ne compte pas en rester là. "Sans vouloir tomber dans l’autosatisfaction, je ne pense pas que beaucoup de communes peuvent afficher un tel bilan en 6 mois. Et nous comptons bien mener autant de projets durant le second semestre", conclut Nicolas Martin.