Marie Meunier veut aller à la rencontre d'un public qui ne peut ou n'ose pas pousser les portes du CPAS.

Samedi, au Royal, place de Cuesmes, plusieurs personnes patientent sur une banquette du bistro. L'établissement est normalement fermé le matin, mais il a exceptionnellement ouvert ses portes pour permettre à la présidente du CPAS d'y tenir une permanence. Le public défile tandis que l'horloge tourne. Quelques jours auparavant, avec de la famille et des amis, Marie Meunier avait distribué un toutes-boîtes pour informer les Cuesmois de sa venue insolite.

Une permanence du CPAS dans un café, ce n'est effectivement pas courant. Mais c'est manifestement utile. Entre deux rendez-vous, Marie Meunier nous a confié pourquoi elle a lancé ce concept. "J'effectue déjà des permanences dans mon bureau, au CPAS, le vendredi matin", explique la présidente. "Mais nous nous sommes rendu compte qu'il y avait beaucoup de monde qui ne pouvait pas venir. Soit parce qu'ils ont des difficultés pour se déplacer, soit parce qu'ils n'assumaient pas de symboliquement pousser la porte du CPAS. Nous essayons de faire changer les mentalités en rappelant que l'aide sociale est un droit et qu'il n'y a aucune honte à avoir. Mais ce n'est pas toujours évident."

Tous les premiers samedis du mois à Jemappes et un autre samedi dans le reste des entités montoises, Marie Meunier s'installe donc avec un collaborateur et une pile de formulaires à la table d'un café. L'occasion de recevoir les citoyens dans un cadre plus chaleureux et moins impressionnant. "Et pour ceux qui ne savent pas venir, j'ai indiqué sur les flyers que nous distribuons le numéro de téléphone de mon bureau, mais aussi celui de mon GSM. Il y a ainsi pas mal de questions qui se règlent par téléphone", ajoute Marie Meunier. "Dans certains cas, je me rends même chez les gens. Après cette permanence au Royal par exemple, je vais aller chez une personne qui m'a téléphoné, car elle ne sait pas du tout se déplacer."

Très disponible, la présidente du CPAS n'a-t-elle pas peur d'être débordée? "C'est vrai que ça prend du temps. Mais quand je vois le nombre de personnes qui viennent à ces permanences, je me dis que c'est nécessaire. Aujourd'hui, ma vie personnelle me permet de m'engager autant. De plus, je le fais avec plaisir et j'ai la chance d'être accompagnée par des collaborateurs motivés."

La prochaine permanence se tiendra le 7 décembre à Jemappes. Hyon suivra le 14 et Ciply le 28.