New York a son Central Park. Et Mons a, toutes proportions gardées, son Waux-Hall. Le poumon vert montois attire toujours les promeneurs, les familles et même les sportifs. Mais son emblématique pavillon est condamné depuis qu'un rapport des pompiers a soulevé de graves problèmes de stabilité en 2012.

La rénovation du bâtiment a longtemps été évoquée. Elle se profile enfin. Ce vendredi matin, le collège communal a présenté les plans du nouveau pavillon qui conservera le cachet historique de l'édifice tout en y apportant une touche de modernité.

"Lors de la consultation populaire que nous avions menée avec Demain Mons, il apparaissait très clairement que les Montois étaient très attachés au Waux-Hall", rappelle le bourgmestre Nicolas Martin. "Dès le début de la mandature, nous avons donc fait de cette rénovation un dossier prioritaire. Nous avons commencé par grillager tout le site. Les statues ont ensuite été rénovées. Le curage des étangs est en cours pour un montant de 500.000 euros. À présent, nous allons pouvoir nous attaquer au bâtiment central. Ce dossier s'inscrit dans une approche transversale qui vise à créer des poumons verts sur tout le territoire montois. Des aménagements ont ainsi été réalisés aux parcs de Jemappes et de Ghlin. Et dans le cadre de la PIV, de nouveaux parcs vont voir le jour à Cuesmes et à Mons, à proximité de la place Nervienne."

Atelier Empreinte, un bureau d'architecte montois basé à un jet de pierre du Waux-Hall, a déjà planché sur la nouvelle mouture du pavillon. Le projet a fait l'unanimité auprès du collège. "Le pavillon va être rénové, mais nous allons démolir la salle des fêtes qui avait été ajoutée plus tard", explique Stéphane Bernard. "Cette salle n'était plus conforme aux normes incendie et posait de gros soucis pour les riverains. L'espace libéré va permettre de créer deux zones horeca réparties sur deux plateaux. Le plateau accessible depuis l'entrée du parc pourra accueillir un restaurant de standing d'environ 250 m2 avec une terrasse suspendue de près de 200m2 et des chambres d'hôtes. Le plateau accessible depuis l'arrière du parc accueillera un espace brasserie avec une immense terrasse extérieure."

Le dossier va maintenant suivre le parcours administratif classique jusqu'à la désignation de l'entreprise qui sera chargée d'effectuer les travaux. Si tout va bien, le pavillon pourrait rouvrir ses portes entre fin 2024 et début 2025. Un investissement de 5 millions d'euros est prévu, mais il ne pèsera pas un centime sur les finances communales, assure le bourgmestre. "Pour rappel, nous avions obtenu un subside de 1,7 million d'euros de la Région wallonne dans le cadre du Plan de Développement Urbain", précise Nicolas Martin. "Ce subside portait sur les aménagements du parc, le curage des étangs et la stabilité du pavillon. Pour financer la rénovation du bâtiment, nous allons mettre en concession à des partenaires privés les espaces horeca. Le fruit de la location permettra de couvrir l'investissement des travaux qui sera amorti en 30 ans. Donc concrètement, cela aura un impact sur notre trésorerie, mais ça n'affectera pas les finances communales."

Sans pavillon, le parc du Waux-Hall continue déjà d'attirer de nombreux Montois. L'ouverture d'un restaurant et d'une brasserie devrait rameuter du monde, y compris les touristes. D'autant plus que la réouverture du camping est également en bonne voie. Le site a pu être agrandi pour lui assurer une certaine rentabilité. Et les détails juridiques sont réglés pour faire en sorte que le futur exploitant du camping prenne à sa charge la majeure partie des coûts d'aménagements. L'échevin Maxime Pourtois annonce d'ailleurs que le dossier passera en octobre ou en novembre sur la table du conseil communal.