Mons

C'est tout le quartier de la gare qui attend un feu vert des autorités wallonnes.

Elle est l'unique vestige d'un monastère fondé au milieu du 13e siècle. Elle a failli être rasée à la fin du 19e, quand son avenir divisait le conseil communal. Mais elle trône toujours, non loin de la gare de Mons. La Tour du Val-des-Ecoliers fait pourtant grise mine. À tel point que certains craignent de la voir disparaître. Un groupe a même été créé pour sa restauration et sa sauvegarde. Mais l'édifice porte toujours les stigmates du temps qui passe, sans que rien ne bouge.

La tour est-elle condamnée? Du côté de la Ville de Mons en tout cas, on aspire à lui offrir sérieux lifting. Encore faut-il avoir toutes les cartes en main. "C'est un patrimoine classé qui est très important au niveau de notre histoire", rappelle tout d'abord Maxime Pourtois, échevin du Patrimoine. "La Tour du Val-des-Ecoliers fait partie du périmètre de rénovation urbaine du quartier de la gare. Elle fait donc partie des actions prioritaires que nous entendons mener dans le cadre de cette rénovation. Mais la difficulté vient du fait que la reconnaissance de ce périmètre dépend de la Région wallonne qui n'a toujours pas répondu à notre demande."

Une demande qui a pourtant déjà été introduite lors de la précédente mandature et qui devrait permettre de débloquer d'importants subsides pour relever des défis de taille. "C'est un périmètre très important avec des enjeux qui relèvent à la fois de la sécurité et de l'économie mais qui présente aussi un grand potentiel au niveau de notre patrimoine historique", poursuit Maxime Pourtois. "Malheureusement, nous restons tributaires de la Région wallonne. C'était une période assez compliquée, pour d'autres dossiers également. Mais nous espérons que les choses vont rapidement se débloquer et nous allons relancer les contacts."

L'échevin relève par ailleurs un attrait de plus en plus important pour les trésors montois. "Nous pouvons constater une prise de conscience de plus en plus forte pour la restauration de notre grand et de notre petit patrimoine", souligne Maxime Pourtois. "Il y a d'ailleurs un vaste projet visant à faire l'inventaire du petit patrimoine. Des séances d'infirmation seront organisées durant le mois de septembre."

Quant à la Tour du Val-des-Ecoliers, il faudra donc encore patienter. Pour l'heure, reste à convaincre la Région wallonne de reconnaitre le périmètre de rénovation urbaine dans le quartier de la gare. Si les feux passent au vert et que les cordons de la bourse se délient, l'édifice pourra envisager une seconde jeunesse, voire plus si affinités.