Le budget avait déjà été doublé en début de mandature.

Quand on aime, on ne compte pas. Et entre la Ville de Mons et ses voiries, c'est manifestement l'amour fou. En début de mandature, le nouveau collège communal avait déjà doublé le budget consacré aux revêtements routiers et aux rénovations de trottoirs. Une enveloppe supplémentaire vient d'être dégagée pour mener des travaux tant dans les communes de l'entité que dans le centre-ville.

1,7 million d'euros étaient ainsi prévus pour mener des travaux dans le Grand Mons, les chantiers intra-muros étant traditionnellement financés par des subsides. La majorité PS-Ecolo y ajoute une enveloppe de 300.000 euros pour poursuivre l'effort et débloque un budget spécial de 600.000 euros pour mener également des travaux de voiries dans l'intra-muros.

"Mons est l’une des plus grandes villes du pays en superficie et nous avons surtout veillé à ce qu’il y ait une répartition géographique équilibrée des investissements", souligne le bourgmestre Nicolas Martin. "De sorte que l’ensemble de la population du Grand Mons puisse en bénéficier. En un an et demi seulement, plus d’une soixantaine de voiries et trottoirs ont fait ou vont faire l’objet de travaux et nous sommes loin d’avoir terminé. 13 communes sur 19 sont déjà concernées par nos investissements alors que nous n’en sommes qu’à la deuxième année de mandature. L’amélioration du cadre de vie des Montois passe obligatoirement par une offre suffisante de trottoirs de qualité, sécurisés et accessibles. Ce Collège communal est en train de réaliser un effort sans précédent en la matière."

La rue de l'Orbette à Ghlin, la rue de Strasbourg dans la première couronne de Mons, la route d'Ath à NImy, la rue de l'Industrie à Jemappes, l'entrée du domaine de la Brisée à Saint-Denis, les trottoirs de la rue Bouzaton à Mons, la rue et les trottoirs de la rue Buisseret à Mons, les trottoirs entre les deux entrées des Ursulines rue Valenciennoise, les trottoirs de la rue Emile Jambe à Jemappes et enfin les trottoirs de l'avenu de la Grande Barre à Cuesmes vont ainsi pouvoir s'offrir une nouvelle vie.

Le crédit spécifique de 600.000 euros pour le centre-ville vise quant à lui l'axe comprenant la rue du Onze Novembre, la rue des Echelles et la rue du Rossignol. La portion de l'avenue d'Hyon comprise entre le boulevard et la rue des Arquebusiers va également y passer. Tout comme l'avenue Baudouin de Constantinople dont la voirie et les pistes cyclables seront rénovées.

"C’est un travail conséquent qui fait suite à une analyse approfondie de nos services et à de nombreuses réunions citoyennes, car nous savons que le fruit de nos choix d’investissements en matière de voirie et la façon dont nous allons les ventiler aura un impact direct et immédiat sur la vie des Montois", conclut l’échevin des Travaux Stéphane Bernard. "Le territoire que nous couvrons est grand et il constitue le centre névralgique de nombreuses activités qui amènent du passage, ce qui entraine inévitablement une usure de nos routes et de nos trottoirs. Il faut une veille permanente du patrimoine routier existant afin de savoir où et quand intervenir."