Mons

La prison de Mons n'a jamais été rénovée depuis sa construction en 1867.

L'état déplorable de la prison de Mons revient très souvent au centre des discussions dans la Cité du Doudou. En plus d'un véritable problème de surpopulation, l'établissement souffre de très sérieux soucis de vétusté et d'insalubrité. Il faut dire que les bâtiments n'ont jamais été rénovés en profondeur depuis leur construction en 1867. "Cette prison est un scandale aux yeux de tous, une des dernières du pays à ne pas avoir été rénovée", peste Nicolas Martin (PS), le bourgmestre de Mons.

Le manque d'investissements chagrine le bourgmestre. "Celle de Leuven a été entièrement refaite et comme d’habitude, les vieilles prisons wallonnes croupissent par manque d’investissements du fédéral. Le personnel travaille dans des conditions inadmissibles, les risques pour la santé (épidémies de tics, rats en sous-sol...) sont réels et ne parlons pas des conditions de détention. Ma position est claire : il faut déménager la prison et en reconstruire une en dehors de la ville."

Le bourgmestre veut prendre exemple sur les établissements pénitentiaires de Leuze ou de Marche qui ont été construits en périphérie du centre-ville. "La construction d'une nouvelle structure permettrait de retrouver des conditions dignes pour les détenus mais aussi pour les travailleurs de la prison. Être en-dehors de l'intra-muros faciliterait aussi l'accès et le stationnement souvent compliqués dans cette zone. Quant au site actuel, il faudrait alors le démolir et revendre le terrain. Je suis sûr qu'une institution comme une université serait demandeuse d'un tel espace en centre-ville."

© AVPRESS

Hormis à Nivelles, Tournai, Namur et bien sûr Mons, toutes les autres prisons wallonnes sont situées à l'extérieur du centre-ville. "Soit on rénove complètement, soit on en crée un nouveau", estime Axel Piers, le directeur de la prison montoise. "Le seul intérêt de l'intra-muros actuel, c'est la facilité d'accès pour les visiteurs. Mais si un nouvel établissement est construit dans un espace aisément accessible en train ou en bus, ce critère de l'intra-muros n'est plus essentiel."

Le directeur est unanime concernant la nécessité de construire une nouvelle prison. "Cela fait longtemps que je considère que notre outil ne répond aux exigences modernes. J'ai toujours été partisan de la construction d'un nouvel établissement afin de répondre mieux au besoin. L'absence de nouveau gouvernement n'arrange malheureusement pas les choses. Pour le moment, ce n'est en tout cas pas dans le master plan."

Nicolas Martin compte tout de même "interpeller le nouveau gouvernement fédéral dès son installation pour obtenir des avancées. Il nous faut des perspectives pour Mons", conclut-il.