Ce n'est pas encore la bonne pour Atenor. La Ville de Mons a remis un avis négatif sur la demande de permis introduite par le promoteur immobilier qui ambitionne de construire trois immeubles comprenant un total de 111 logements sur le site des Grands Près, sur un terrain situé en face du Lotto Mons Expo.

Les autorités montoises indiquent que plusieurs éléments ont motivé leur décision. Tout d'abord, les appartements 3 chambres ne sont pas assez nombreux par rapport aux 2 chambres avec un total de 12 sur 111. Or, la Ville estime que la situation géographique du projet est idéale pour accueillir des familles. Elle déplore en outre l'architecture relativement pauvre par rapport aux objectifs fixés pour le site des Grands Prés. Ce quartier, à travers une architecture contemporaine, a pour vocation à devenir une vitrine pour la Cité du Doudou. Enfin, la Ville pointe une proportion insuffisante de parkings sous-terrain.

Pour le bourgmestre, il faut mettre la barre haut. "La zone des Grands Près ne se résume pas au centre commercial, elle est l’extension contemporaine du centre urbain historique, c’est un site en pleine mutation appelé à devenir essentiel dans la stratégie de développement et d’attractivité de la ville sur le long terme", indique Nicolas Martin. "Cela nous motive donc à avoir un niveau d’exigence élevé quant aux projets qui y voient le jour. Ces exigences concernent notamment la qualité du logement, mais aussi les aménagements paysagers, que ce soit en termes de stationnement ou d’aménagement des abords. Et le projet Atenor, tel que présenté, n’a pas rencontré nos attentes."

Ce projet avait déjà été recalé une première fois par la Ville de Mons il y a deux ans. À l'époque, Atenor souhaitait ériger un nouveau quartier comprenant logements, bureaux et activités secondaires en face du Lotto Mons Expo. Mais la disposition des parkings et surtout la proximité de logements avec le Lotto Mons Expo avaient conduit à un refus. Atenor était alors remonté au créneau en revoyant sa copie. Le projet initial était revu à la baisse et scindé en deux volets. D'une part, des bureaux pour faire écran entre le Lotto Mons Expo et les futurs logements. Permis accepté, le chantier va bientôt démarrer. D'autre part, des logements par-delà les bureaux. C'est cette demande qui vient d'être recalée.

"Cette fois, nous estimons que le manque de places de stationnement en sous-sol aura une trop grande incidence en surface, qu’il y a un déficit en logements pouvant accueillir des familles et que le style architectural pourrait être plus soigné", explique Maxime Pourtois, échevin de l’Urbanisme. "Nous voulons favoriser un développement urbanistique harmonieux dans cette portion en pleine mutation. Il implique, dès lors, la plus grande attention aux projets qui nous sont soumis."

La Ville ne ferme cependant pas complètement la porte à Atenor qui a déjà construit 266 logements ailleurs à Mons. Mais elle invite le promoteur immobilier à revoir sa copie.