Ce vendredi, ce sont près de 30 000 personnes qui auraient dû se réunir sur la Grand-Place de Mons pour le traditionnel concert du Doudou. Organisé depuis plus de 30 ans par la radio 100% belge Sud Radio, il lance d’ordinaire officiellement les festivités. Mais cette année encore, la crise sanitaire change la donne. Loin de se laisser abattre, les équipes de la radio hainuyère proposeront bel et bien un concert. Mais ce dernier sera virtuel.

Ce vendredi dès 20 heures, ce ne sont pas moins de 11 artistes belges qui seront présents sur les ondes de Sud Radio Hainaut, en FM et en DAB+, et sur la page Facebook de la radio. "Le doudou, c’est un événement qui est attendu par les Montois, par ceux qui n’y habitent pas ou plus mais y reviennent… Et par Sud Radio, installée en plein cœur de Mons", explique Natacha Delvallée, administratrice-déléguée.

"On ne pouvait pas imaginer ne rien faire. Depuis plusieurs mois, afin de les mettre en avant et de les aider en cette période très compliquée, nous avons lancé l’émission la Belgique a du talent. Chaque semaine, nous recevons un artiste belge dont les morceaux et interviews sont diffusés du lundi au samedi à 15 heures. C’est en discutant avec eux, en leur demandant s’ils seraient partants de faire quelque chose que nous nous sommes lancés dans l’organisation de ce concert virtuel."

En réalité, l’idée avait déjà traversé l’idée des équipes mais les confinements successifs et la difficulté à se projeter ont, à un moment donné, fait craindre le pire. "On ne savait pas de quoi demain serait fait, on n’avait plus les choses en main et on a eu l’envie d’abandonner." Mais des perspectives plus positives ont été annoncées et la machine a été relancée. "Nous avons toujours soutenu le folklore hainuyer et on a l’envie de continuer à le faire."

C’est ainsi que le rendez-vous a été pris avec des artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles, à savoir Delta, Antoine Delie, Mady, Getch, Calumny, Charles, Antoine Armedan, Laura Crowe and Him, Sam Bosman & Ben’Do et, enfin, Mister Cover. "Nous avons également pris des contacts avec des acteurs du Lumeçon, qui se retrouvent eux aussi dans une position délicate car ils se préparent pendant un an, certains auraient dû vivre leur dernier combat,… La situation est tout aussi pénible pour eux."

Pendant près de deux heures, c’est donc à cœur ouvert que les artistes et les acteurs se livreront. « On peut s’attendre à quelque chose de très émouvant. Pour eux, c’est une façon de faire revivre leur passion et de retrouver le public en attendant de réellement reprendre le chemin de la scène… » Ou de l’arène.

© Sud Radio : les répétitions battent leur plein !