Le permis d'urbanisme a été refusé par la ville de Mons

La ville de Mons, qui devait donner son feu vert urbanistique quant au projet mastodonte de développement d’une cité Bis du côté du parc Initialis, a refusé la demande de permis d’urbanisation sollicitée par le géant belge Aténor. L’idée était de développer du côté des terrains jouxtant l’avenue Abel Dubois, des Bassins et de la sucrerie, un nouveau quartier de près de 400 logements, des surfaces de bureaux et des activités secondaires.

Trois avis plutôt négatifs, dont un émanant du Lotto Mons Expo, ont été introduits auprès des autorités communales lors de l’enquête publique. Diverses difficultés à la fois pour les riverains en termes de nuisances sonores et de mobilité étaient à craindre. Le hall des expositions par la voix de son conseil d’administration estime en outre que ce projet immobilier est incompatible avec “une exploitation sereine” de l’activité. Les gabarits proposés pour les potentiels futurs logements ont aussi été estimés trop conséquents.

De là à écrire que le président du hall des expositions, Cédric Mélis (PS), se réjouit de ce refus est un grand mot. “Non, je ne me réjouis pas mais nous sommes attentifs au développement de l’activité du Lotto Mons Expo. Cela aurait pu être un facteur contraignant pour l’exploitation actuelle et future du hall des expositions. C’est un projet à plusieurs millions d’euros, je m’attends à ce qu’un recours soit introduit à la région Wallonne.”

Précisons que le Plan communal d’Aménagement (PCA) des Grands Prés prévoit l’implantation de logement sur ces parcelles. Ce qui veut dire qu'un jour ou l'autre un projet d'habitat y sera bel et bien mené en l'absence de demande de dérogation.