Le mercredi 21 octobre était marqué en France d'une journée d'hommage national à Samuel Paty, cet enseignant assassiné par un terroriste parce qu'il avait montré les caricatures du prophète Mahomet lors d'un cours sur la liberté d'expression. A Mons, le musée Duesberg a également voulu rendre hommage à l'enseignant en apposant une fois de plus sur les grilles de sa porte d'entrée une affiche portant le message "Nous sommes tous Charlie".

Pour le baron Duesberg, une telle marque de soutien était toute naturelle alors que son musée célèbre à travers ses prestigieuses collections le multiculturalisme. "L’indifférence et la peur généralisée ainsi que l'incompétence plus ou moins ponctuelle font notamment partie du terreau dont se nourrit ce fléau immonde, mais fécond qui menace la démocratie et la liberté d'expression, fruit du labeur endurant et des sacrifices parfois suprêmes de nos aînés. Osons afficher notre soutien collectif et sans faille face à cette barbarie avant qu'elle nous fasse toutes et tous régresser dans des âges dont nous étions à tort convaincus qu’ils étaient révolus depuis des siècles", commente le baron Duesberg. "Pour paraphraser Sir Winston Churchill, reconnaissons que la démocratie n'est certes pas parfaite, mais que, de tous les régimes, elle en est le moins pire."

Le collectionneur montois a donc dû ressortir une affiche acquise en 2015, à la suite de l'attentat de Charlie Hebdo, et qu'il aurait préféré laisser trainer dans ses cartons. Le message semble toutefois ne pas toujours bien passer à Mons. "Il est déjà arrivé que l'affiche soit arrachée, mais nous en avons plusieurs en stock et nous n'allons pas capituler", poursuit le baron Duesberg. "On se demande où on va. Moi-même, notamment à cause de notre très belle collection judaïque, j'ai déjà fait l'objet d'allusions déplacées voire de menaces. Parfois en plein milieu de la nuit. On me disait qu'on allait retrouver mon cadavre dans le canal. Ces infâmes allusions, on en sourit jusqu'à s'impatienter et se dire que ça suffit."

Le musée montois et ses collections sont distingués de six étoiles au Guide Michelin. Il figure également en première place du classement des musées à visiter en Belgique sur le site Tripadvisor. En avril dernier, les époux Duesberg et la Ville de Mons ont signé une convention à travers laquelle 4.000 pièces du musée vont passer dans le patrimoine montois. Il est également prévu d'ouvrir une antenne sur la Grand-Place, dans l'ancien Office du Tourisme. "Je n'ai plus beaucoup de nouvelles depuis. La situation n'est pas totalement inquiétante, mais elle n'est pas non plus rassurante. Nous tenons jusqu'au bout, nous avons fait ce qu'il fallait pour éviter le pire. Nous espérons pouvoir continuer à avancer avec la participation de tous", conclut le baron Duesberg.