Mons

L'association profite du prochain scrutin électoral pour adresser un mémorandum aux élus et candidats.

À l’approche du scrutin de mai prochain, les différentes formations politiques dévoilent leurs priorités et multiplient les promesses. Du côté de l’asbl Les Amis des Aveugles et Malvoyants, on a décidé de profiter de cette période sensible pour interpeller les élus et candidats à la nécessité d’en faire plus pour défendre les droits des personnes déficientes visuelles.

Si des efforts ont été consentis ces dernières années, il reste de nombreux domaines pour lesquels les besoins spécifiques des personnes en situation de handicap ne sont pas pris en compte. Via un mémorandum, l’accent a donc été mis sur différentes problématiques : accessibilité et mobilité, sensibilisation, formation des professionnels et enseignement, lutte contre les discriminations, autonomie, emploi et revenus, structures et hébergement…

« Nous ne pouvons pas nier certaines avancées mais le chemin reste long pour favoriser l’inclusion des personnes déficientes visuelles », analyse Stéphanie Demartin, directrice du pôle inclusion et qualité de vie. « Notre mémorandum aborde, dans l’esprit de la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées, des thématiques qui touchent tous les domaines de vie des personnes déficientes visuelles. Les élus doivent se rendre compte du rôle qu’ils ont à jouer. »

La sensibilisation reste évidemment primordiale. « Les bonnes intentions doivent désormais se traduire dans les faits, les moyens doivent être mis en œuvre pour que les objectifs fixés soient atteints. Certains élus ont d’ores et déjà réagi et se sont montrés sensibles à notre note, rédigée sur base d’expérience de terrain, ils tentent d’appréhender les enjeux.» Des enjeux qui devront être pris en compte à tous les niveaux de pouvoir, que ce soit communal, régional, fédéral ou encore européen.