Attendus depuis longtemps, les changements dans les systèmes de collecte des déchets s'étendent progressivement au sein du territoire de l'Hygea. Binche, Soignies, Frameries et Quévy vont ainsi bientôt entrer dans la danse du ramassage sélectif. Pour Mons, il faudra encore attendre. Mais une date est avancée.

D'après nos informations en effet, la Cité du Doudou devrait franchir le grand pas en septembre 2022. Mons est la ville la plus peuplée de l'intercommunale et sans aucun doute le défi le plus pointu à relever d'un point de vue pratique. Mais dans deux ans, les habitudes en matière de poubelles seront amenées à changer. Le but du ramassage sélectif est de dissocier la fraction organique des déchets résiduels. Les premiers peuvent être mis au compost ou dans des sacs verts spécifiques. Tout ce qui ne relève ni des déchets organiques, ni des PMC et ni des papiers-cartons va dans des sacs bruns.

Pour rappel, c'est la commune d'Ecaussinnes qui avait essuyé les plâtres de la collecte sélective il y a six ans déjà. La Cité de l'Amour avait adopté des poubelles à puce facturant le ramassage des déchets en fonction de leur poids. Ce système a été abandonné en cours de route, mais la collecte sélective n'a pas été mise au placard pour autant. À Estinnes, c'est un autre système qui a été adopté. La fraction organique est bien dissociée des déchets résiduels à l'aide de sacs spécifiques. Les containers, eux, servent à ramasser les papiers et les cartons.

Les détails pratiques pour Mons ne sont pas encore connus à ce jour. Hygea retirera certainement les enseignements des diverses expériences menées jusqu'ici pour trouver le système le plus adapté à la Cité du Doudou. Il reste encore deux ans pour s'y préparer. Une chose est sûre, la collecte sélective a un sérieux impact sur l'environnement. Dans les communes qui l'ont adopté, le volume des ordures ménagères a diminué d'environ 50%.