Mercredi, le Premier ministre Alexander De Croo a annoncé une série de nouvelles mesures pour "casser la troisième vague" de la pandémie qui déferle sur le pays. Dans le viseur de ce énième confinement, les magasins "non essentiels". Ils ne sont théoriquement pas condamnés à fermer, mais ils pourront recevoir leurs clients uniquement sur rendez-vous et pour du click-and-collect.

La mesure prendra effet vendredi, dès 22 heures. En attendant, aux Grands Prés, on observe un peu plus de monde sans pour autant constater un phénomène de cohue de dernière minute. Mais dès ce week-end, le centre commercial montois devrait être particulièrement calme.

"Nous savons déjà que de grosses enseignes qui peuvent rester ouvertes avec les nouvelles mesures ont décidé de fermer. C'est un pourcentage non négligeable. Les autres se posent sérieusement la question", explique Thomas Cornil, directeur des Grands Prés. "Les conditions qui sont posées sont complètement déconnectées de la réalité économique. De très grands magasins comme Ikea vont pouvoir rester ouverts en accueillant un nombre limité de personnes. Mais ailleurs, à moins d'avoir le patron derrière le comptoir pour gérer les rendez-vous, ça implique trop de frais pour pas grand-chose."

Jeudi midi, le directeur du centre commercial attendait encore des consignes claires. "Pour le moment, on se base sur le résumé communiqué sur le site du gouvernement fédéral qui n'est pas très clair. Nous attendons l'arrêté ministériel pour avoir davantage de précisions", poursuit Thomas Cornil. "L'ancien arrêté ministériel précisait par exemple que le click-and-collect ne pouvait se faire qu'en extérieur. Ce qui est contre nature pour un centre commercial. Nous verrons bien quelles seront les nouvelles dispositions."

Mais le directeur ne se fait beaucoup d'illusions sur les semaines à venir. "J'ai vraiment l'impression que c'est un lockdown qui ne dit pas son nom. Plutôt que de fermer les magasins, on les a autorisés à rester ouverts, mais avec des conditions qui ne permettent pas vraiment de fonctionner. C'est surtout de la poudre aux yeux", conclut Thomas Cornil.