Le bourgmestre Elio Di Rupo va reprendre la compétence au 1er janvier

Question éthique et gouvernance, les autorités publiques sont sous le feu des projecteurs depuis un peu moins d’une année. Mons ne fait pas exception. À quelques semaines de la présentation du budget 2018 de la ville de Mons, de nouvelles révélations vont chatouiller les élus locaux.

Selon nos informations, Marc Barvais (PS), président de CPAS ayant aussi hérité des compétences scabinales des finances de la ville de Mons, va faire un pas de côté. Plus précisément, d’ici quelques semaines, Marc Barvais va perdre l’échevinat des finances montoises. Il restera néanmoins président du CPAS, président de l’intercommunale de développement économique et d’aménagement (IDEA) ainsi que président de l’intercommunale IMIO.

Le collège PS-CDH reprocherait-il quelque chose à son échevin ? "Non", nous assure-t-on. "Nous avons évoqué cette possibilité, mais rien n’est encore fait, tempère Elio Di Rupo (PS), le bourgmestre. Peut-être qu’à partir du 1er janvier, je pourrais reprendre la compétence budgétaire. Ce n’est pas encore fait, je dois encore discuter avec le collège, mais c’est une des éventualités que nous avons envisagées. Même si je ne cherche pas de travail supplémentaire."

Pareil revirement reste surprenant alors que Marc Barvais a hérité de ces compétences budgétaires suite au divorce de la majorité PS-MR en 2016. "Nous entendons qu’être président de CPAS et échevin des finances ça ne va pas. Nous sommes parfois excédés par des critiques qui ne sont pas justifiées. Le travail qui est réalisé est extrêmement rigoureux, le directeur financier fait un travail remarquable et précis. Le collège a une analyse détaillée de tout ce qui se passe au CPAS et à la Ville, mais comme nous connaissons des flots de critiques injustifiés, c’est effectivement une possibilité qui est envisagée."

En fait , c’est surtout la cheffe du cabinet des finances de Barvais qui a décidé de rejoindre le cabinet du bourgmestre. Les compétences échevinales suivraient les travailleurs et non les élus… "Sans la personne avec qui je travaille, je ne peux pas continuer à cet échevinat, indique Marc Barvais. Je ne pense pas que ce soit lié à une incompétence de ma part, cela se fait en discussion sereine avec le bourgmestre. Je crois que l’on a fait du bon boulot, j’ai appris beaucoup. C’était une période qui n’a pas été simple, stressante mais passionnante. Il n’y a aucune animosité avec le bourgmestre et aucune sanction par rapport au boulot que j’ai fait."

Au 1er janvier 2018, le bourgmestre Elio Di Rupo ajoutera les finances à son arc, pourtant déjà très cordé.


Décision inévitable pour le MR

Le MR, qui a occupé les compétences des Finances à Mons durant quinze ans, n’est pas tendre. "Déjà, le plan de gestion est totalement explosé !", peste Georges-Louis Bouchez (MR). "Il n’a pas fallu un an après la fin de notre majorité pour que le plan de gestion ne soit plus respecté. Ensuite, depuis le début, nous affirmons que ce n’est pas possible d’être à la fois président de CPAS et en même temps échevin des Finances. On ne peut pas être le garde-chasse et le braconnier !"

© AVPRESS

Pour le MR, la décision du collège fait suite "aux résultats catastrophiques de la Ville" et à "une incompatibilité des deux fonctions" exercées par Marc Barvais. "Pour moi, c’est un désaveu majeur. Le PS a rompu la majorité pour des petites considérations politiciennes mais j’avais toujours gardé mes compétences d’échevin. Les mauvais résultats de Marc Barvais engendrent le retrait de certaines de ses compétences. C’est un désaveu pour Barvais, c’est un aveu de Di Rupo du manque de compétences et de confiance en son collège. Di Rupo est tout seul, le roi est nu."


Ecolo refuse la triple casquette

Dans l’opposition, le groupe Ecolo est étonné de ce travail en coulisse du collège PS/CDH à Mons. "Je ne suis pas du style à me mêler des problèmes en interne du PS", devance Charlotte De Jaer, cheffe de file Ecolo. "On sait que le PS va mal à Jemappes et que le président de CPAS n’a pas réussi à tenir ses troupes lors du conseil communal conjoint Ville/CPAS, et le budget doit être présenté… Serait-ce une sorte de sanction à l’égard de Marc Barvais ? Peut-être mais ça, ce sont les affaires du parti socialiste."

© AVPRESS

Sur le fond, Ecolo reste prudent. "Les compétences des Finances qui étaient avant entre les mains du président de CPAS passent désormais entre les mains du député-bourgmestre et président du PS… Encore une fois, je pense qu’il y a un réel problème dans cette ville ! Nous avons des échevins qui ne se consacrent pas à 100 % à leur échevinat. Si Marc Barvais n’avait que les Finances et si Elio Di Rupo n’était que bourgmestre, nous ne parlerions pas de cumul. Il y a aussi tous les autres comme l’échevin du Développement économique et celui de la Mobilité."

En pleine tempête politique en mars dernier, les écologistes montois avaient déposé une motion au conseil communal. Objectif ? Que le collège communal travaille à 100 % pour les Montois.