Le mouvement lancé par le libéral Georges-Louis Bouchez se structure et s'organise pour l'avenir

Le mouvement lancé par le libéral Georges-Louis Bouchez se structure et s’organise pour l’avenir Même si les jeux ne sont pas encore faits en vue de constituer un nouveau pacte de majorité à Mons, le nouveau parti politique 100 % montois du libéral Georges-Louis Bouchez entend se pérenniser et se structurer pour l’avenir. “MeM va continuer à exister”, explique le futur chef de file du mouvement. “En 2024, nous nous représenterons sous cette étiquette avec de nouveaux candidats. Il ne faut pas oublier que MeM a été créé pour changer la direction de Mons.”

Fort de ses onze sièges décrochés au soir du 14 octobre, MeM sera le plus grand groupe (or PS) à siéger, certainement dans l’opposition. “Il faut remonter à 1994 pour qu’un parti, hormis le PS, soit aussi bien représenté.” Cette année-là, le PSC avait décroché dix sièges aux élections communales et un mandataire MR les avait finalement rejoints en cours de mandature. Notons qu’à l’époque, PSC avait rejoint la majorité PS à Mons.

Aujourd’hui, les membres de MeM doivent se rassembler afin de se structurer pour les années à venir. Après la création d’une section MeM, un comité va donc se mettre en place. Des élections internes sont prévues en janvier. “Nous allons poursuivre notre travail et rassembler les forces. Je défendrai les intérêts de MeM.” Quid du MR montois ? “La section de Mons du MR est indépendante de celle de MeM”, assure Georges-Louis Bouchez. “La voix du MR sera représentée chez MeM mais elle ne sera pas prépondérante.”