Elle exige des excuses publiques et des sanctions exemplaires, le PS Mons-Borinage en attend autant de son affilié

Nouveau dérapage dans la Cité du Doudou ! Cette fois, c'est l'élue Mons en Mieux (MeM), Opaline Meunier qui fait l'objet d'attaques. Sur Facebook, un candidat socialiste montois non-élu, Laurent Grad a partagé un article traitant du prochain choix de l'élue MeM, étiquetée cdH, en le commentant d'une insulte ouverte à l'attention de l'élue montoise. "Grosse conne", peut-on ainsi lire sur la publication.

Mons en Mieux via son chef de file a réagi par communiqué ce jeudi quant à la publication insultante. "Les représentants du PS n'en finissent plus de déraper," tance Georges-Louis Bouchez. "Après Eric Massin insultant la bourgmestre MR Caroline Taquin, un échevin de Ans tenant des propos homophobes à l'encontre du MR Thomas Cialone, voici Laurent Grad, candidat PS sur la liste de Nicolas Martin, et poussée par le président Elio Di Rupo, à Mons, qui traite la future conseillère communale Opaline Meunier de "grosse conne" sur Facebook."

Et de poursuivre : "la répétition de tels dérapages semble être le reflet d'un état d'esprit haineux au sein de la famille socialiste. Quoi qu'il en soit, il est inacceptable de sombrer dans l'insulte à l'égard d'un contradicteur politique. Ce n'est pas la première fois que nous sommes la cible d'insultes, parfois même au conseil communal, ce qui ne peut en aucun cas être toléré. L'excellent score d'Opaline Meunier, avec 1727 voix ce qui la place 9e score de la Ville juste derrière Richard Miller, est certainement une source d'aigreur pour quelques uns mais le respect et la politesse ne sont pas négociables," souligne-t-il en exigeant des excuses publiques envers son élue mais aussi "des sanctions fortes à l'égard de l'auteur des insultes."

Par téléphone ce jeudi, Laurent Grad nous a reprécisé ses propos. "J'estime qu'elle a fait une grosse connerie mais pas que c'est une conne", nous explique-t-il. "Lorsque les gens changent de partis pour se présenter à une élection, ils opèrent un choix clair. Ici, elle ne l'a pas fait et je trouve que c'est une connerie. Je ne dis pas que c'est une conne, je dis que son acte est une connerie et je l'explique dans les commentaires. Elle s'est fortement fourvoyée. Quand on est candidat à une élection, il faut réfléchir un peu, surtout quand il y a une incompatibilité."

Son commentaire (et la publication) est toujours visible ce jeudi sur Facebook. Va-t-il l'enlever? "Si ça la dérangeait vraiment, elle m'aurait directement contacté... On m'a conseillé de le faire, je le ferai peut-être lorsque j'aurai accès à mon Facebook", a conclu Laurent Grad.

Le PS monto-borain exige des excuses

De son côté, le PS de Mons-Borinage exige des excuses de son affilié. "Ces propos sont inacceptables et ne sauraient être tolérés", a communiqué jeudi Nicolas Martin, président de la Fédération PS de Mons-Borinage. "Il est impensable que le débat démocratique soit réduit à de telles invectives. Plus encore, les membres qui se revendiquent du Parti Socialiste se doivent, en tout temps, de respecter un code de conduite strict, fondé notamment sur le respect de l’autre."

Nicolas Martin, également futur bourgmestre de Mons, exige donc "des excuses immédiates. A défaut, je saisirai la commission de vigilance du Parti et engagerai une procédure menant à des sanctions. Le respect de l’autre et du débat démocratique sont des valeurs fondamentales auxquelles je n’entends pas qu’il y soit fait défaut."