Ce lundi matin, la ministre wallonne du Patrimoine a convoqué une réunion à la suite des dégâts causés au mobilier de la collégiale Sainte-Waudru. Autour de la table notamment, la Ville de Mons et la fabrique d'église. La ministre a rappelé qu'elle était abasourdie par ces travaux et que la situation était inacceptable. Elle a exigé des explications de la fabrique. Elle a également demandé des mesures pour que tout soit réparé le plus rapidement possible et prévenir tout nouvel incident de ce genre.

Pour rappel, un ouvrier de la collégiale a profité de son temps libre durant le confinement pour effectuer des travaux de rénovation sur du mobilier classé, avec des méthodes peu conventionnelles, ce qui a entraîné de gros dégâts. La fabrique était avisée et a déjà fait savoir qu'elle assumait sa responsabilité. Elle s'est d'ailleurs engagée auprès de la ministre à collaborer et n'a pas perdu de temps. Ce lundi matin en effet, un dossier a été introduit pour l'ouverture d'une procédure patrimoniale.

"Cette procédure va permettre de suivre toutes les restaurations à travers des réunions en présence de toute une série d'interlocuteurs comme la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Ville de Mons, l'AWAP, la commission des monuments et des sites ainsi que tout expert dont la compétence sera jugée utile. La restauration vise en effet de nombreux biens de nature différente", nous confie-t-on au cabinet de la ministre De Bue.

La ministre a également chargé l'AWAP de solliciter le fonctionnaire-délégué pour dresser un constat d'infraction urbanistique. Mais une procédure judiciaire n'est pas à l'ordre du jour. Pour l'heure, du côté du cabinet, on met en avant la volonté partagée par tous les acteurs du dossier, y compris la fabrique, de voir les dégâts réparés le plus rapidement possible. Longue et incertaine, une procédure judiciaire pourrait retarder le tout et s'avérer contre-productive.

Le groupe de travail mis en place dans le cadre de la procédure patrimoniale ne va pas tarder à se mettre à la tâche. Des réunions sont déjà prévues pour examiner les conclusions des différents rapports et planifier la restauration des biens endommagés.