Il n’aura fallu attendre que 10 minutes pour que les Montois s’enflamment, ce samedi soir, sur la Grand-Place et, surtout, sur la place du marché aux herbes. Venus en nombre malgré l’absence d’écrans géants, crise sanitaire oblige, les supporters ont exulté lorsque Romelu Lukaku, profitant d’une erreur défensive de la Russie, a ouvert le score au bout de dix minutes de jeu.

On était loin, très loin, d’un centre-ville noir-jaune-rouge comme beaucoup auraient aimé le voir à l’occasion de l’Euro. Mais les supporters ont répondu présent et n’ont pas boudé leur plaisir. Beaucoup avaient en effet sorti la panoplie du parfait supporter pour vivre pleinement ce match. Autant écrire que les mesures sanitaires imposées n’ont pas suffi à gâcher l’ambiance.

"On s’était équipés pour la coupe du monde et on avait hâte de pouvoir ressortir les drapeaux et les perruques des armoires !", témoigne le membre d’un groupe d’amis. "On a profité de la météo pour venir manger en terrasse et poursuivre la soirée en regardant le match." Une idée que ce jeune n’a évidemment pas été le seul à avoir.

Il faut écrire que pour espérer suivre la rencontre sur écran, mieux valait arriver tôt. "On a un peu hésité, on avait d’abord décidé de regarder le match entre amis, à la maison. On s’est finalement décidé à venir en ville en début de soirée pour être bien installés et profiter de l’ambiance. Et on a bien fait !" À l’heure d’écrire ces lignes, le match n’était pas bouclé mais Thomas Meunier, dix minutes seulement après être monté sur le terrain, offrait un deuxième but aux Belges.

En région montoise, aucun écran géant n’a été installé à l’initiative des autorités communales, au grand dam de certains, donc ce couple venu spécialement de Beaumont, persuadé que la rencontre serait diffusée sur écran, sur la Place. Il fallait donc se rabattre sur les écrans installés directement dans les établissements horeca. Preuve que les Diables rassemblent, ce sont les terrasses qui disposaient d’un écran qui ont rameuté les foules, ce samedi, alors que l’on ne bousculait pas ailleurs.