Mons

Le bâtiment reste à vendre. Le gérant devait quitter les lieux pour le 15 septembre.

La grande bâche qui couvrait en partie le bâtiment qui abrite le Saint-Germain sur la Grand-Place de Mons a disparu. Mais l'immeuble est toujours bien à vendre. En effet, la toile a dû être enlevée à la demande de la Ville de Mons. Question d'esthétique. On ne peut pas faire tout et n'importe quoi avec les façades classées de la Grand-Place.

Des panneaux, plus discrets et réglementaires, devraient prendre le relais. Car la mise en vente est toujours d'actualité. Nous vous relations le conflit qui oppose le locataire de l'immeuble, gérant du Saint-Germain et l'administrateur judiciaire chargé de la vente du bien. Théoriquement, le gérant faisait l'objet d'un bail précaire et devait quitter les lieux pour le 15 septembre. La date limite est désormais passée. "Nous aurions voulu que cela se règle entre gentlemen, mais nous allons devoir passer par les tribunaux", regrette l'administrateur judiciaire.

Si le gérant se refuse désormais à tout commentaire, l'avenir du Saint-Germain devra certainement s'écrire ailleurs. D'autant plus que le prix demandé pour l'immeuble est trop important pour celui qui le loue aujourd'hui: 2,1 millions d'euros. "Nous avons tout de même un immeuble de 4 étages où l'on peut mettre 200 couverts. Avec encore un appartement en haut", précise Me Verschueren. "Ça pourrait même être transformé en un bel hôtel. Il y avait déjà eu des études d'architecte commandées par une entreprise chinoise qui allaient dans ce sens. Mais le projet n'avait pas abouti."