Mons

Les places pour assister au combat du Lumeçon depuis les tribunes étaient mises en vente ce matin.

"Pour nous, la Ducasse commence officiellement maintenant", se réjouit Lysiane, une Montoise qui vient de décrocher ses places pour assister au combat du Lumeçon depuis les tribunes de la Grand-Place.

Cette année, Saint-Georges et le dragon investiront l’arène le 16 juin. Mais c’est ce mardi matin que la Ville de Mons mettait en vente les places pour les tribunes. Quelque 260 tickets étaient disponibles à l’Hôtel de Ville. Et si les portes s’ouvraient à 8h30, certains faisaient la file depuis longtemps.

"Chaque année, nous venons passer la nuit sur la Grand-Place", explique Lysiane. "Nous sommes des Montois très attachés à notre folklore. Et nous voulons être sûrs d’avoir des places dans la tribune A qui permet de suivre le combat mais aussi d’assister à la descente de la rue des Clercs. Une personne peut prendre deux places. Alors nous venons en famille pour en avoir un peu plus. Nous en avons obtenu 8 cette année. Ca nous permettra de recevoir nos chambourlettes dignement."

Au-delà du fait de s’assurer une bonne place, cette nuit de camping est devenue une tradition amusante pour Lysiane et ses proches. "Nous étions une douzaine à prendre place dès 23h. Les autres ont commencé à arriver vers 3h du matin", poursuit la Montoise. "Évidemment, à cette heure-là, on peut faire des rencontres insolites avec des gens un peu imbibés qui reviennent de soirée. À chaque fois, nous en profitons pour inventer des histoires. Cette année, nous étions les gardiens des œufs de dragon sur la Grand-Place. Nous rigolons beaucoup à chaque fois, ce sont des moments inoubliables qui font aussi partie du folklore."

Quand l’Hôtel de Ville a ouvert ses portes à 8h30, la file d’attente s’étendait sur plusieurs mètres, jusqu’au coin de la rue Neuve. Parmi ceux qui attendaient depuis des heures, des habitués de la corde qui doivent changer leurs habitudes pour diverses raisons. "C’est la première fois que je vais assister au combat depuis les tribunes. Mais maintenant que nous avons des enfants, ce n’est plus possible d’aller à la corde", explique Jonathan.

La corde, c’est fini également pour Victor. Ce Montois aura attendu ses 80 printemps pour passer en tribune. "Ca va être une grande première. Depuis mes 12 ans, j’assistais au combat dans la foule", sourit l’amoureux du folklore.

Enfin, il y a ceux qui découvrent, comme cette famille de Californiens installée en Belgique depuis octobre. "Nous avons visité le musée du Doudou. Notre fils Jack a adoré, alors nous sommes venus chercher des places pour le festival", indique Mike qui dispose de quelques semaines encore pour maîtriser les termes du folklore montois.

G.La