Verra-t-on un jour le GP Cerami s’élancer de la Grand-Place de Mons ? Les organisateurs de la course avaient passé un partenariat avec les autorités montoises pour que le Grand Prix prenne son départ en 2019 dans la Cité du Doudou. Le coronavirus est venu jouer les trouble-fêtes deux ans d’affilée. Et pour l’édition 2022, ce sont des couacs dans les autorisations pour le passage de la course qui ont contraint les organisateurs à jeter l’éponge.e

Départ montois en 2023 alors ? Pas sûr. Les organisateurs auraient évidemment voulu profiter du cachet de la Grand-Place de Mons pour le départ. Mais ils doivent maintenant digérer cette troisième annulation successive. Reste à voir si le GP Cerami va s’en remettre, et comment.

Du côté de la Ville de Mons en tout cas, on est refroidi malgré une convention qui court jusqu’en 2024. "Manifestement, l’organisation n’était pas en ordre au niveau du parcours. Ça témoigne d’un manque de sérieux et nous sommes frileux désormais", commente Mélanie Ouali, échevine des Sports. "La Ville de Mons est censée engager 30.000 euros pour le départ de la course. Ça ne s’est pas encore fait jusqu’à maintenant. Et au regard des différents problèmes qui se sont manifestés, nous avons toutes les raisons de casser la convention qui nous lie au GP Cerami jusqu’en 2024."

Pour le retour de la petite reine dans la Cité du Doudou, il faudra donc encore patienter. La dernière fois qu’une course s’est élancée de la Grand-Place, c’était en octobre 2015 à l’occasion du Circuit Franco-Belge. À quand le retour d’une grande course sur les pavés montois ? "On verra, on n’abandonne pas l’idée. On peut imaginer faire quelque chose avec le Tour de Wallonie ou même le Tour de France. Après tout, Binche l’a fait, pourquoi pas nous", conclut l’échevine des Sports.