Une peine de six ans de prison ferme a été prononcée, lundi, par le tribunal correctionnel du Hainaut, contre un sexagénaire poursuivi pour des viols et des attentats à la pudeur commis sur des mineurs. Les faits d'attentats à la pudeur sont établis mais pas les viols, compte tenu de l'absence d'éléments matériels suffisants. Son arrestation n'a pas été prononcée.

Le prévenu avait reconnu des petites tapes sur les fesses portées de manière anodine et évoquait un complot lancé contre lui depuis son déménagement à Chimay. Le prévenu a fait l'objet d'un examen psychologique et l'expert n'a relevé aucune pathologie d'ordre sexuel. Toutefois, un suivi a été proposé dans le cadre d'une probation, mais le tribunal n'a pas estimé devoir prononcer une peine inférieure à cinq ans, assortie d'une probation.

Le sexagénaire comparaissait pour la première fois de sa vie devant un tribunal. Sa défense avait évoqué "une cabale" orchestrée par la famille à la suite d'un déménagement du prévenu dans une autre région.

Pour le tribunal, tous les attentats à la pudeur sont établis mais pas les viols, compte tenu de l'absence d'éléments matériels suffisants. En raison du caractère intra-familial des infractions, le tribunal considère que le condamné ne risque pas de vouloir échapper à sa peine. Son arrestation n'a pas été ordonnée. Il a un délai pour faire appel.

La tension était palpable lors du procès. Un homme avait dû être maîtrisé par la police. Aucun incident n'a toutefois été à déplorer lors du prononcé de la peine.